Aller au contenu principal

Couverts végétaux : ça broie de partout !

Le retour du soleil a eu l’effet inverse du coronavirus. Fin du confinement pour les agriculteurs mayennais qui ont pris d’assaut leurs parcelles pour préparer les semis à venir.

Bruno Rouland, adhérent à la Cuma de la vallée de l’Érnée, utilise le déchaumeur classique de la coopérative pour détruire ses couverts.
Bruno Rouland, adhérent à la Cuma de la vallée de l’Érnée, utilise le déchaumeur classique de la coopérative pour détruire ses couverts.
© VG-Agri53

« Ce matin, broyage des couverts végétaux qui ont rempli complètement leur rôle pendant 8 mois », twittait Mickaël Guilloux, producteur de porcs et secrétaire général de la Fdsea de la Mayenne, lundi 23 mars 2020, depuis son tracteur. Avec, comme compléments : « # biodiversité #écologie : il y a ceux qui en parle et ceux qui les pratiquent. Les agris font partie de la seconde catégorie ».

Même remarque sur la présence de la biodiversité dans une parcelle de couverts que Bruno Rouland, agriculteur installé à Andouillé, va détruire ce vendredi 20 mars 2020, en tout début d’après-midi, du côté de Saint-Germain-le-Fouilloux. Cinq hectares d’un mélange de seigle et de féveroles, semé après un blé. « Les féveroles favorisent l’apport d’azote dans le sol et le seigle avec son système racinaire améliore la constitution du sol », remarque-t-il. Pour preuve, la petite motte de terre qu’il tient en main grouille de vers de terre. La biodiversité est bien là ! En général, il détruit ses couverts entre la fin février et le début du mois de mars, mais « cette année, j’ai environ 15 jours de retard ». Il a fallu attendre que le sol absorbe toutes les pluies sur cette parcelle qui, pourtant « ressuie vite avec l’argelette qu’il y a en dessous ».

25 t de fumier et 30 t de lisier

« Avec le couvert sans labour, je gagne en passages de tracteurs. C’est bon pour la planète et il n’y a pas de destruction du sol par le labour », poursuit Brunon Rouland. Avant de passer le déchaumeur, Bruno Rouland a fait son apport d’engrais. « Avec le retard lié aux précipitations de cet hiver, nos fosses sont pleines cette année. Nous n’avons pas pu, ou très peu, aller dans nos parcelles. Et il est trop tard pour mettre du lisier ou du fumier sur nos prairies. Ici, dans cette parcelle, j’ai apporté 25 tonnes de fumier et 30 tonnes de lisier. » Des engrais naturels qui seront mélangés à la couche superficielle du sol grâce au passage du déchaumeur.

Vincent Gross

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Préparer la saison de pâturage en organisant le parcellaire
La bonne organisation de son circuit de pâturage est la première précaution à prendre pour éviter les mauvaises surprises, mieux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53