Aller au contenu principal

Interview
Christiane Lambert : « Ramener de la raison dans les négociations commerciales »

Christiane Lambert, présidente de la Fnsea
© Fnsea

>> Il y a un an, le Gouvernement annonçait le 1er confinement, comment le monde agricole a vécu cette annonce ?

Le 16 mars 2020, lors de son allocution télévisée annonçant le confinement, le président de la République a parlé de souveraineté alimentaire et a dit « confier notre santé et notre alimentation à autrui serait folie ». C’est le président lui-même qui a déclaré l’alimentation comme « essentielle ». Beaucoup de gens s’imaginaient que les rayons des supermarchés seraient toujours pleins et d’un coup d’un seul, il y a eu une peur de pénurie. Les Français se sont mis à acheter des pâtes, du riz, de la farine, des denrées stockables pour pouvoir manger. Ensuite, il y a eu la fermeture des marchés. Peu à peu, les Français ont redécouvert que l’alimentation était essentielle. Ça a été un retour en force de la considération de l’agriculture.

>> Un an après, comment le monde agricole s’est adapté à cette crise sanitaire ?

On dit facilement que « la chaîne alimentaire a tenu ». Oui c’est vrai, les Français n’ont pas manqué d’alimentation, mais elle a été mise à rude épreuve. La fermeture des restaurants, des bars, la suppression des événements ont fermé beaucoup de débouchés. Les secteurs du vin, du cidre, d’un certain nombre de viandes, ou encore les filières pommes de terre et horticoles ont connu de graves difficultés. Il a donc fallu des plans d’accompagnement pour certaines filières. Nous avons aussi des difficultés à trouver de la main-d’œuvre saisonnière pour nos récoltes. Alors que nous avons en France des milliers de chômeurs, nous n’arrivons pas à trouver le million de travailleurs saisonniers dont nous avons besoin pour venir travailler dans nos champs et nos vergers. Nous avons proposé un manifeste pour la souveraineté alimentaire solidaire dans lequel nous proposons toutes les actions à mettre en œuvre pour donner de la compétitivité à l’agriculture française. La France a la chance d’avoir une agriculture extrêmement diversifiée, de production, respectueuse de l’environnement, une agriculture capable de faire du haut de gamme, mais aussi du classique et de l’entrée de gamme, car il faut des productions pour tous les porte-monnaie. Mais elle est challengée aujourd’hui, car beaucoup de pays concurrencent nos produits.

>> Qu’est-ce qui a changé en un an, dans l’organisation du monde agricole ?

Ce qui a changé c’est la considération de l’opinion publique. Ce qui a peu changé par contre, c’est l’attitude de la distribution française qui retombe dans ses travers et qui recommence à faire pression sur les prix bas, alors qu’en France nous avons de hauts niveaux d’exigence en matière de production, que ce soit sur le volet social, environnemental, sanitaire. Nous avons une reconsidération de l’agriculture, une demande de produits français et en parallèle, nous avons une tension sur les prix qui fait que les agriculteurs ont des problèmes de revenus aujourd’hui. Donc il faut qu’on ramène de la raison dans les négociations commerciales. L’alimentation est un enjeu capital, et l’agriculture française a quelques points à régler pour rester compétitive.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Une 12 rangs à la Cuma de Montaudin
À Montaudin, répondant à la demande d'adhérents, la Cuma a investi dans une ensileuse 12 rangs pour la récolte 2021.
Des rendements exceptionnels
Les ensilages de maïs ont débuté en Mayenne, avec de très bonnes surprises à la clé.
Portage avec la Safer en Mayenne
« Sans la Safer, je ne sais pas où nous serions ! »
Helloïse et Benjamin Beuvain, 24 et 25 ans, se sont installés à Saint-Pierre-des-Landes, le 1er janvier 2021.…
Prix des terres en Pays de la Loire en 2020.
Le prix des terres et des prés agricoles
Tour d’horizon de l’évolution des prix des terres agricoles en Mayenne.
Bovins viande : rendre la contractualisation obligatoire
Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l’Élevage qu’au 1er janvier 2022, toute commercialisation…
Clément Le Fournis
Prix des engrais : pas de baisse d’ici le printemps 2022
Clément Le Fournis, co-fondateur de Agriconomie.com, donne son point de vue sur la forte hausse du prix des engrais. 
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53