Aller au contenu principal

« Ce sont des vaches rustiques, avec une facilité de vêlage »

Installé à la Croixille, Éric Lerouge élève des vaches allaitantes de race Salers.

Éric Lerouge est passionné par la race Salers.
Éric Lerouge est passionné par la race Salers.
© A.F

C’est sur le tard qu’Éric Lerouge a repris l’exploitation familiale qui se libérait pour démarrer son élevage de Salers. Après une carrière comme plombier, électricien, chauffagiste à son compte, Éric Lerouge a fait le choix de changer de métier et de suivre sa passion pour la race Salers. En s’installant, il se sépare des troupeaux de laitière et de Charolaise et achète une trentaine de mères de race Salers. « Je voulais sortir de mon métier contraignant, ce n’était pas pour retourner sur un métier d’agriculteur contraignant comme le lait » explique-t-il. Il ajoute : « c’est une race facile à conduire, quand elle est en confiance. Elles sont méfiantes quand elles ne connaissent pas les gens ». Sur ses 43 ha de terres, il cultive du méteil pour l’alimentation du troupeau et le reste de la surface est en herbe, lui permettant d’être autonome pour l’alimentation du troupeau. Il achète seulement un peu de paille d’orge de printemps cette année pour ses génisses. «Ce sont des vaches rustiques, avec une facilité de vêlage. En 4 ans, je n’ai dû intervenir qu’une seule fois pour un vêlage » précise-t-il. Pour l’instant Éric Lerouge conserve toutes ses génisses pour agrandir son troupeau et vend les broutards à 10 mois. Des broutards élevés à l’herbe. Pour améliorer encore la croissance des veaux, Éric Lerouge souhaite avoir un maximum de vêlage durant le mois de septembre, pour que les broutards profitent au maximum de l’herbe sur leurs derniers mois : «les mères ont du lait pour nourri leurs veaux durant 8 mois, au printemps, elles ont même trop de lait, en décalant les vêlages sur septembre cela leur permettra d’être au lait durant l’hiver puis de profiter de l’herbe de printemps ». Éric Lerouge envisage également de se lancer dans la vente directe : «je pense commencer la vente directe d’ici la fin de l’année, car il y a de la demande. Si cela fonctionne bien, j’envisage d’investir dans un laboratoire pour faire la transformation». En termes de bâtiments, seules les vaches sont rentrées l’hiver, pour deux mois. Le reste du temps, elles vivent en pâture : «investir dans des grands bâtiments ce n’est pas forcément nécessaire quand on a des terres portantes ». Actuellement sur l’exploitation, Éric Lerouge compte 117 animaux, de tout âge avec environ 50 vêlages. Sa volonté serait de pouvoir atteindre les 100 vêlages par an. En augmentant son cheptel, Éric Lerouge souhaite aussi pouvoir reprendre des terres pour avoir plus de surface. Son fils, qui a réalisé un Bts Acse à la Futaie à Port-Brillet souhaite s’installer avec son père, permettant ainsi de conforter l’exploitation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53