Aller au contenu principal

Cartel des jambons : une sanction de 93 M€ pour 12 entreprises du secteur

© Agri53

L’Autorité de la concurrence annonce, dans un communiqué du 16 juillet, sanctionner douze charcutiers-salaisonniers à hauteur de 93 M€ dans l’enquête dite du cartel des jambons. Les infractions mises en évidence par l’Autorité de la concurrence concernent à la fois l’amont, c’est-à-dire les relations des industriels avec les abatteurs, et l’aval, c’est-à-dire les relations avec leurs clients de la grande distribution avec des ententes sur les hausses de prix à faire passer à la grande distribution. Elles ont concerné de très nombreux produits de consommation courante comme le jambon cru, le jambon cuit, les saucissons, la rosette ou encore le chorizo. «Les industriels concernés se coordonnaient pour acheter moins cher les pièces de jambon auprès des abatteurs et/ou s’entendaient par ailleurs sur les hausses de prix des produits charcutiers qu’ils entendaient pratiquer auprès des enseignes de la grande distribution, pour leurs marques de distributeurs (MDD) ou premiers prix», explique l’Autorité. «Ces pratiques sont graves», dénoncet-elle. Les principales entreprises sanctionnées sont la Cooperl (sanctionné à hauteur de 35,5 M€), les Mousquetaires par le biais de l’entreprise les Salaisons celtiques (31,7 M€) et Fleury Michon (14,7M€). Deux groupes, Campofrio (Aoste) et Coop ont sollicité la clémence en apportant des éléments à l’Autorité et écopent de sanctions allégées.

Réaction de Mickaël Guilloux, président de la section porcine de la Frsea

« Le jeudi 16 juillet, l’autorité de la concurrence a rendu une décision par laquelle elle sanctionne un cartel concernant douze entreprises opérant dans le secteur du jambon et de la charcuterie. Nous ne disposons à ce jour, que de peu d’éléments sur cette affaire. Cependant nous savons que cette entente ne s’est pas faite au bénéfice des éleveurs porcins en aidant à porter le prix à la production. Cette entente est peut-être une partie de l’explication du décalage de prix français avec nos voisins européens… Elle met une fois de plus en avant le manque d’organisation de la filière. Cette affaire nous conforte sur l’importance de la mise en place d’une Aop pour retrouver demain un amont plus fort et compétitif. Il est primordial que l’ensemble des leviers possibles permettant une meilleure organisation de la filière soient activés. Seule cette structure sera capable à terme de défendre une vraie organisation collective des éleveurs et porter le prix au producteur ».

Propos recueillis par L.R.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53