Aller au contenu principal

Blé tendre en parcelles hydromorphes : piloter la fertilisation est primordial

Les conditions hydriques du sol au cours de l’hiver conditionnent l’enracinement de la culture et en conséquence sa capacité à absorber les éléments minéraux nécessaires à la croissance, au rendement, et la teneur en protéine des grains.

© projet PROBE, synthèse régionale des

l Les excès d’eau en sortie-hiver sont les plus pénalisants. En effet, à cette période de début de montaison, les besoins en azote de la céréale s’accroissent. En cas de carence induite par l’excès d’eau, le nombre d’épis et le nombre de grains sont pénalisés. L’excès d’eau hivernal affecte aussi la qualité des grains : les références expérimentales régionales révèlent une chute de 1 point par période d’engorgement (début ou sortie d’hiver). Dans ces situations la teneur en protéine moyenne passe au-dessous du seuil objectif de 11,5 %.

Le scénario le plus préjudiciable correspond à un excès d’eau prolongé tout au long de l’hiver. Dans cette situation, la synthèse des essais régionaux révèle une perte de rendement de près de 20 % et une baisse du taux de protéines des grains de près de 2 points. Attention, si l’excès d’eau explique une bonne part du résultat, de nombreux autres facteurs limitants sont à prendre en compte pour expliquer les différences de rendement et de qualité : mauvaise valorisation des apports d’azote due à l’absence de pluie, échaudage et sécheresse de fin de cycle.

La synthèse de 86 essais fertilisation azotée, conduits de 2007 à 2017, révèle qu’en conditions d’excès d’eau hivernal, on a tendance à sous doser l’azote (de 25 kg N/ha en moyenne). Ces résultats confortent l’intérêt du pilotage dans ces situations pour bien ajuster la dose apportée aux besoins de la culture. En perspective, des travaux sont en cours pour valoriser la capacité de certaines variétés à mieux supporter un stress azoté en début de cycle. La sélection de variétés plus tolérantes aux carences en début de cycle permettra aussi de limiter les effets de l’hydromorphie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53