Aller au contenu principal

Blé tendre en parcelles hydromorphes : piloter la fertilisation est primordial

Les conditions hydriques du sol au cours de l’hiver conditionnent l’enracinement de la culture et en conséquence sa capacité à absorber les éléments minéraux nécessaires à la croissance, au rendement, et la teneur en protéine des grains.

© projet PROBE, synthèse régionale des

l Les excès d’eau en sortie-hiver sont les plus pénalisants. En effet, à cette période de début de montaison, les besoins en azote de la céréale s’accroissent. En cas de carence induite par l’excès d’eau, le nombre d’épis et le nombre de grains sont pénalisés. L’excès d’eau hivernal affecte aussi la qualité des grains : les références expérimentales régionales révèlent une chute de 1 point par période d’engorgement (début ou sortie d’hiver). Dans ces situations la teneur en protéine moyenne passe au-dessous du seuil objectif de 11,5 %.

Le scénario le plus préjudiciable correspond à un excès d’eau prolongé tout au long de l’hiver. Dans cette situation, la synthèse des essais régionaux révèle une perte de rendement de près de 20 % et une baisse du taux de protéines des grains de près de 2 points. Attention, si l’excès d’eau explique une bonne part du résultat, de nombreux autres facteurs limitants sont à prendre en compte pour expliquer les différences de rendement et de qualité : mauvaise valorisation des apports d’azote due à l’absence de pluie, échaudage et sécheresse de fin de cycle.

La synthèse de 86 essais fertilisation azotée, conduits de 2007 à 2017, révèle qu’en conditions d’excès d’eau hivernal, on a tendance à sous doser l’azote (de 25 kg N/ha en moyenne). Ces résultats confortent l’intérêt du pilotage dans ces situations pour bien ajuster la dose apportée aux besoins de la culture. En perspective, des travaux sont en cours pour valoriser la capacité de certaines variétés à mieux supporter un stress azoté en début de cycle. La sélection de variétés plus tolérantes aux carences en début de cycle permettra aussi de limiter les effets de l’hydromorphie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53