Aller au contenu principal

Biosécurité : «Nous avons procédé à une remise en cause globale de l’exploitation»

Pour éviter la propagation de la fièvre porcine en France, des règles de biosécurité ont été fixées. Celles-ci devront être mises en place dans tous les élevages porcins au 1er janvier 2021. Maxime Béchu, installé à Ernée, a commencé ses aménagements en septembre. Il témoigne

Maxime Béchu, éleveur de porcs à Ernée.
Maxime Béchu, éleveur de porcs à Ernée.
© LG

Depuis 2014, l’Europe de l’Est est touchée par une épizootie de fièvre porcine. La maladie ne cesse de se propager et se rapproche des frontières françaises. Face à la situation, un décret ministériel, entré en vigueur en 2018, fixe les règles de biosécurité à mettre en place dans les élevages porcins. Les exploitants ont jusqu’au 1er janvier 2021 pour terminer leurs aménagements. Maxime Béchu, installé en GAEC avec son père, Christophe, en système naisseur engraisseur à Ernée, a entamé des travaux en septembre pour rentrer dans le cadre de la réglementation. L’élevage est composé de 200 truies. « 90 % de l’exploitation est sur caillebotis. Seul le post sevrage et les cochettes sont encore sur paille» explique le jeune agriculteur.

3 zones à définir

Selon le décret ministériel relatif à la biosécurité, les fermes doivent désormais être divisées en trois zones bien distinctes : l’espace de production, d’élevage et public. Pour rentrer dans ces normes, Maxime et Christophe Béchu ont «procédé à une remise en cause globale de l’exploitation». Afin de bien définir les différentes zones, les agriculteurs ont décidé d’améliorer la communication entre leurs bâtiments. «Nous allons construire un quai de chargement et un couloir. On n’aura plus à sortir de la zone d’élevage pour passer d’un bâtiment à l’autre. Si on n’avait pas fait cela, on aurait dû installer plusieurs sas sanitaires. Là un sas suffit à l’entrée de la zone d’élevage. Désormais, nous serons aussi les seuls à pouvoir y rentrer.» En ce qui concerne la partie sur paille, l’espace de post sevrage sera réaménagé sur caillebotis et du grillage sera installé autour des cochettes. Enfin, les silos d’aliments vont être disposés à l’extérieur de la zone d’élevage. «Les camions pourront nous livrer sans avoir besoin de désinfecter leurs roues et leurs châssis.»

Maxime et Christophe Béchu prévoient d’investir plus de 100 000 € dans ces aménagements. «On rentre dans les normes de biosécurité et on améliore notre travail en même temps. Normalement, je ne devais pas faire de modifications avant le départ en retraite de mon père, mais on s’est dit : quitte à investir, autant faire quelque chose qui tienne la route.» Le quai de chargement permet par exemple un déplacement plus aisé des animaux. «On devait parfois les transporter avec une cage. Désormais, les truies prendront le couloir et une seule personne suffira à les guider.» Les agriculteurs en ont même profité pour refaire leur chaîne d’alimentation en post sevrage.

Pour Maxime, ces aménagements sont essentiels pour protéger les élevages porcins français. Cependant, le jeune homme n’est pas certain qu’ils soient efficaces pour assurer le marché : «quand on voit ce qu’il s’est passé en Allemagne, on se pose des questions. Un cochon sauvage infecté a foutu en l’air leur marché alors que beaucoup de mesures avaient été mises en place. Nous, on respecte la biosécurité, mais si demain un sanglier est contaminé, on a peur que cela fasse pareil.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53