Aller au contenu principal

Agriculture de conservation de sols : « On a besoin du glyphosate »

Benoît Saget est agriculteur à Cossé-le-Vivien. En Mayenne, il fait partie des précurseurs de l’agriculture de conservation des sols. Il voit d’un bon œil la décision de la Commission européenne sur le glyphosate.

Benoît Saget s’est lancé dans le sans-labour en 2000. Il a fallu 4 à 5 ans pour reconstituer ses sols. Adepte de l’agriculture de conservation des sols, il utilise le glyphosate entre deux cultures, faute d’alternative efficace.
Benoît Saget s’est lancé dans le sans-labour en 2000. Il a fallu 4 à 5 ans pour reconstituer ses sols. Adepte de l’agriculture de conservation des sols, il utilise le glyphosate entre deux cultures, faute d’alternative efficace.

« Pour nous, en agriculture de conservation des sols, le glyphosate, c’est indispensable. Je ne peux arrêter le glyphosate. On avait testé des techniques sans glyphosate avec l’Inrae, mais les conclusions ont été sans appel. De plus, sur les parcelles de test, j’ai maintenant du ray-grass. Je ne sais pas si c’est lié, mais toujours est-il que le ray-grass est bien présent. » 

Pour autant, l’été, quand les conditions météorologiques le permettent, Benoît Saget a recours au travail superficiel du sol au lieu de passer au désherbage chimique. « Mais ce n’est pas toujours possible, et le désherbage mécanique c’est aussi des coûts de carburant en plus, car il faut parfois plusieurs passages. Je fais cependant parfois quelques impasses. Par exemple, en déchaumant, mais c’est vraiment anecdotique. Aujourd’hui, sans glyphosate, comme on n’a pas de solution alternative, cela reviendrait à revenir au labour. »

Le labour, l’agriculteur de Cossé-le-Vivien a choisi de ne plus l'utiliser il y a un peu plus de 20 ans. « Je suis donc plutôt satisfait de la prise de position de la Commission européenne, même si je sais que la décision finale revient à chaque pays. Mais interdire le glyphosate, cela ferait beaucoup de mal à l’agriculture de conservation des sols. » Rappelons qu’en ACS, le glyphosate n’est utilisé qu’en interculture pour désherber.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Mouvement syndical : 150 tracteurs défilent à Laval

En Mayenne, 150 tracteurs ont pris la route, hier jeudi 25 janvier, depuis Laval, ralentissant les flux routiers et…

Manifestation agricole : pneus et haies à Laval

L’action « Blocage des services de l’État », mardi 30 et mercredi 31 janvier 2024, par la FDSEA et les JA de la…

En porc bio aussi, on marche sur la tête

Lors d’un traditionnel « petit-déjeuner parlementaire », les sénateurs et députés mayennais ont été témoins d’une aberration…

La colère a ses raisons

Dimanche 21 janvier, une rencontre a eu lieu entre la FDSEA, les JA de la Mayenne et la préfète du département. L’…

Les participants de la table ronde (de gauche à droite) : Franck Yvert, Samuel Moy, Christophe Barayré, Franck Poché et Michel Gaudin.
AG de APLBL Craon-Fougerolles : la considération, pas facile à partager…

C’est sur le thème de la considération que s’est tenue la table ronde de l’assemblée générale de l’APLBL Craon-Fougerolles,…

Romain Herbaudeau (à gauche), salarié au Gaec Duchemin à Chantrigné, et Lionel Leudière, animateur des ventes chez Ekip'Élevage, aux côtés des trois modèles existants de la gamme Zosh qui sont tous personnalisables et tous « made in France ». En effet, les Zosh sont entièrement fabriquées dans la Sarthe. Il faut compter environ 4 000 euros pour se procurer cet engin.
Ils sont passés chez Zosh

Des agriculteurs mayennais ont fait le choix d’investir dans une trottinette électrique de la marque Zosh pour leurs tâches…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 103€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53