Aller au contenu principal

Abattoir de Craon : les autorités réagissent suite à une vidéo de L214

Mercredi 17 janvier, l'association L214 a diffusé une vidéo mettant en cause les conditions d'abattage des animaux de boucherie à l'abattoir municipal de Craon. Préfecture et Ville de Craon réfutent les accusations portées.

L'abattoir municipal de Craon fait l'objet de contrôles quotidien par les services de l'Etat. (photo d'illustration prise en 2019).
© VG

Des membres de l’association L214 se sont introduits dans l’abattoir municipal de Craon en Mayenne pour réaliser une vidéo sur les conditions d’abattage, vidéo en ligne depuis le 17 janvier. Une intrusion « au mépris de toutes les règles sanitaires qui prévalent », note la municipalité de Craon. Une « action illégale », commente la préfecture de la Mayenne, qui ajoute : « L’association entend prouver que les premières opérations de préparation des animaux ainsi abattus sur ce site sont effectuées alors qu’ils sont encore conscients ». Pour autant, et comme les 3 autres abattoirs situées en Mayenne, celui de Craon fait l’objet « d’une inspection permanente par les services vétérinaires de l’État chargés l’application de la réglementation relative à la protection animale ». Ainsi, conditions d’abattage et salubrité des viandes sont contrôlées quotidiennement par des agents des services de l’Etat. « Trois agents sont présents sur place chaque jour et contrôlent le fonctionnement de l’abattoir de Craon », souligne la Mairie, propriétaire du site. 

L’abattoir avait fait l’objet, le 21 avril 2023, « d’une mise en demeure sur les conditions d’immobilisation des animaux avant leur étourdissement, mise en demeure levée le 12 juillet au regard des actions correctives déjà engagées ». « À l’automne dernier, reprend la Mairie, la Direction Départementale de l’Emploi, du Travail, des Solidarités et de la Protection des Populations (DDETSPP) a effectué un contrôle durant trois semaines au sein de l’abattoir. » Aussi, fin décembre dernier, « un nouvel équipement de contention plus adapté à toutes les tailles de bovins a été mis en service », précise la Préfecture qui considère que « les installations qui apparaissent dans la vidéo diffusée par L214 ne sont pas celles actuellement en service au sein de l’abattoir de Craon ». Et d’insister : « Cet abattoir dispose d’installations aux normes qui garantissent le déroulement des opérations d’abattage conformément à la réglementation en vigueur et assurent la sécurité sanitaire des viandes et produits distribués »

Dénonçant « un procédé d’un autre temps », à savoir l’usage d’une caméra cachée, le maire de Craon, Bertrand de Guébriant, se « réserve le droit de porter plainte contre L214 »

Jeudi 18 janvier, dans la matinée, des membres de L214 se sont retrouvés devant l'abattoir avec la volonté de rencontrer la direction.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Mouvement syndical : 150 tracteurs défilent à Laval

En Mayenne, 150 tracteurs ont pris la route, hier jeudi 25 janvier, depuis Laval, ralentissant les flux routiers et…

Manifestation agricole : pneus et haies à Laval

L’action « Blocage des services de l’État », mardi 30 et mercredi 31 janvier 2024, par la FDSEA et les JA de la…

En porc bio aussi, on marche sur la tête

Lors d’un traditionnel « petit-déjeuner parlementaire », les sénateurs et députés mayennais ont été témoins d’une aberration…

La colère a ses raisons

Dimanche 21 janvier, une rencontre a eu lieu entre la FDSEA, les JA de la Mayenne et la préfète du département. L’…

Les participants de la table ronde (de gauche à droite) : Franck Yvert, Samuel Moy, Christophe Barayré, Franck Poché et Michel Gaudin.
AG de APLBL Craon-Fougerolles : la considération, pas facile à partager…

C’est sur le thème de la considération que s’est tenue la table ronde de l’assemblée générale de l’APLBL Craon-Fougerolles,…

Romain Herbaudeau (à gauche), salarié au Gaec Duchemin à Chantrigné, et Lionel Leudière, animateur des ventes chez Ekip'Élevage, aux côtés des trois modèles existants de la gamme Zosh qui sont tous personnalisables et tous « made in France ». En effet, les Zosh sont entièrement fabriquées dans la Sarthe. Il faut compter environ 4 000 euros pour se procurer cet engin.
Ils sont passés chez Zosh

Des agriculteurs mayennais ont fait le choix d’investir dans une trottinette électrique de la marque Zosh pour leurs tâches…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 103€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53