Agri53 01 mars 2019 à 09h00 | Par Vincent Gross

Fdsea 53 : Philippe Jehan quitte la présidence

Lundi 25 février 2019, lors du conseil d'administration de la Fdsea, Philippe Jehan a annoncé qu'il cesserait ses fonctions de président juste après l'assemblée générale du syndicat, le 14 mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Jehan sur le rond-point du zoom, rebaptisérond-point de "La Honte", lors du conflit contre Lactalis en 2016.
Philippe Jehan sur le rond-point du zoom, rebaptisérond-point de "La Honte", lors du conflit contre Lactalis en 2016. - © Agri53

A bientôt 48 ans, et après 22 ans au service du syndicalisme, Philippe Jehan a choisi de se concentrer sur l’évolution de son exploitation et sur sa famille. « J’ai un de mes enfants qui va avoir 18 ans… et puis j’ai plein de projets pour mon exploitation agricole », confie-t-il.
C’est en 1996 que Philippe Jehan s’installe en Gaec avec ceux qui allaient devenir ses beaux-parents. Un an après, il devient président des JA de la Mayenne. « Sans les JA, je n’aurais jamais pu devenir agriculteur », estime celui qui envisageait, avant, une carrière dans le commerce et la grande distribution. Mais les JA, notamment Sandrine Georgeon, animatrice du syndicat, ont obtenu la dérogation permettant à Philippe d’embrasser la profession. « Il n’y avait plus de JA dans le canton. J’ai repris le flambeau et suis devenu président de canton, avant d’entrer au conseil d’administration, puis être élu président de JA 53. » Il restera 5 ans à cette présidence. « Stéphane Guioullier m’a succédé en 2002 quand j’ai été élu à la présidence de JA Pays de la Loire. »
En 2006, il quitte les JA, poussé par l’âge, et préside alors l’Adasea pendant 4 ans. « Nous aidions les jeunes à s’installer — un renvoi d’ascenseur en quelque sorte — et nous avions organisé le congrès national de l’Adasea. » En 2009, lorsque Florence Désillière prend la présidence de la Fdsea, il assume, pendant 4 ans, la fonction de secrétaire général. Puis, Florence, élue à la présidence de la Chambre d’agriculture de la Mayenne, lui laisse son fauteuil en 2014. Il sera également administrateur de la Fnsea. Un parcours assez linéaire, somme toute. Ponctué par des luttes syndicales.
Parmi ses souvenirs les plus marquants, le combat contre Lactalis en 2016. Pendant le mois d’août, le rond-point « de la Honte » sera occupé, aboutissant à un accord sur le prix du lait entre les producteurs de lait et le groupe laitier. Un quasi-face-à-face qui laissera des traces. « Chaque jour pendant ce conflit, je pouvais lire la détresse sur les visages des éleveurs et des membres de leur famille. Là, on se dit que les victoires syndicales sont petites, car souvent, le retour n’est pas immédiat. Il faut du temps et on laisse encore trop d’éleveurs en détresse. »
Autre moment fort, plus ludique, de ses 22 ans de syndicalisme : la finale de labour en 2001 à Bierné. Plus récemment, il y eut l’organisation réussie du congrès de la Fnsea à Laval du 30 mars au 1er avril 2016 « avec plus de 2 000 personnes » pour les 70 ans du syndicat national. Puis le 13 janvier 2017, avec la venue de Xavier Beulin, alors président de la Fnsea, en Mayenne, pour un débat autour des prix payés aux producteurs et des perspectives pour 2020. Le mois suivant, dimanche 19 février, Xavier Beulin disparaissait. « J’ai perdu un ami », déclarait alors Philippe, dans nos colonnes.

Philippe avoue n’avoir « jamais eu de culture syndicale » avant de s’engager avec les JA. Mais en cherchant bien, ses fonctions de délégué de classe, de président d’une association de jeunes dans sa commune, ou bien encore sa position de milieu défensif « teigneux » — comme il dit — ne sont sans doute pas étrangères à sa vie syndicale. Il faut de la volonté, de la hargne, de l’envie d’aller au bout, un collectif d’agriculteurs et toujours pour le bien de l’équipe. L’équipe, un mot qu’il porte haut. Et qu’il a porté jusqu’à la session de la nouvelle Chambre. « Nous avons mené une belle campagne, avec une belle équipe, des gens de talents, un beau collectif. » S'il prend du recul, il entend cependant « participer aux projets de la Chambre et au développement de la valeur ajoutée dans notre département ».

LETTRE OUVERTE

"J’ai adoré et continuerai à adorer notre réseau au service des agri53"

"A compter du 15 mars prochain, je ne serai plus votre président, mais la défense syndicale sera toujours notre leitmotiv. Je quitte la présidence mais pas le bateau Fdsea - JA qui est et restera pour moi, la seule organisation de proximité en capacité de défendre nos intérêts moraux et professionnels.
La défense du revenu reste au coeur du combat syndical. Notre syndicat avance pour le collectif, toujours les pieds sur terre. Notre pragmatisme, notre détermination et notre collectif permettent de construire brique par brique notre futur.
« Le monde bouge, bougeons », je souhaite pour l’avenir que nous renforcions notre collectif et que nous n’oublions pas que chasser en meute est l’unique condition de réussite.
« Seul nous allons plus vite, mais ensemble, nous allons plus loin ».
Sincères amitiés

Votre serviteur
Philippe Jehan

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Madeleine (53) | 01 mars 2019 à 10:34:21

surprise du départ de Philippe que de bons souvenirs toujours près pour la défense du revenu des agriculteurs notre confiance totale lors de ses R V avec les autoritees que de temps pri pour la défense des agris AMITIEES SINCERES

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Agri53 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui