Agri53 11 août 2020 à 09h00 | Par Arvalis - Institut du végétal

Chantiers d’ensilage : les précautions à prendre

Les premiers chantiers d’ensilage vont démarrer dans quelques jours. Rappel des précuations à prendre par Avralis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Agri53

• Organisation du chantier et confection du silo

S’il y a plusieurs parcelles à ensiler, commencer par celle dont la teneur en matière sèche des plantes parait la plus élevée. Ce fourrage sera ainsi situé dans la couche basse du silo.
L’objectif est double :
- si le fourrage issu de cette parcelle est sec (supérieur à 40 % MS), il peut s’avérer difficile à tasser. Il est intéressant de le « lester » en le recouvrant par du fourrage plus humide issu des autres parcelles.
- si la teneur en MS des autres parcelles est inférieure à 25-26 %, du jus risque de s’écouler du silo. Disposer un aliment ou un fourrage plus sec dans la partie basse peut permettre de récupérer ces jus afin d’éviter la perte de nutriment et de matière issues de l’ensilage.

A noter : comme pour un chantier d’ensilage classique, étaler et tasser successivement le fourrage en couches fines de 10 à 15 cm.

 

• Apprécier la teneur en matière sèche du fourrage et adapter sa conduite

Devant l’hétérogénéité des teneurs en MS intra et inter-parcelles, il sera nécessaire d’apprécier la teneur en matière sèche le jour J. Pour ce faire, il faudra attendre le détourage complet de chaque parcelle par l’ensileuse (les tours de champ n’étant généralement pas représentatifs du cœur de la parcelle). L’estimation de la teneur en MS se fera lors du dépôt de la première benne représentative de la parcelle.

- Dans les situations où les plantes de maïs sont à des stades précoces (floraison, début de remplissage des grains, voire même avant), le fourrage ressemble davantage à un ensilage de graminées prairiales qu’à un ensilage de maïs tel qu’on a l’habitude de le rencontrer (absence d’amidon). L’appréciation de la MS du fourrage peut donc se faire par la méthode manuelle telle que pratiquée pour l’ensilage de graminées, en exerçant une forte pression sur la poignée de fourrage (écoulement d’un mince filet de jus : environ 25 % MS, quelques gouttes s’échappent : environ 30 % MS, main humide : environ 35 % MS).

- Si la teneur en matière sèche est élevée,
c'est-à-dire, supérieure à 35-40 % MS, il est nécessaire de tasser fortement chacune des fines couches de fourrage lors de la confection du silo. Dans ces situations, la finesse de hachage sera primordiale et devra se situer à environ 8-10 mm. Ceci facilitera le tassement et permettra ainsi une bonne conservation ainsi qu’une diminution du risque d’échauffement lors de la reprise du fourrage.

- Dans la mesure où les plantes présentent encore au moins une partie de surface encore verte
au moment de la récolte, et le fourrage à au moins 25 % MS, la teneur en sucres solubles sera suffisante pour garantir les processus de d’acidification du silo, nécessaire à une bonne conservation de l’ensilage de maïs.


• Additifs

L’ajout d’additifs de conservation peut se justifier sur des maïs très secs, pour réduire les risques d'acidification lente et d'échauffement du fourrage au front d'attaque. Les bactéries lactiques (homofermentaires et hétérofermentaires) seront les plus adaptées. Elles pourront être renforcées par des enzymes dont le rôle sera d’hydrolyser les fibres les plus facilement digestibles et les sucres de réserve, pour activer les fermentations lactiques

• En dessous de 25 % de MS, les risques d’écoulement de jus au silo sont importants, et ce d’autant plus que le silo confectionné est haut. Le jus contient des nutriments et des minéraux ; leur perte diminue d’autant la valeur alimentaire du fourrage ensilé. Il peut être intéressant de disposer un fourrage plus sec dans les basses couches afin de récupérer ces jus (ensilage de maïs ou ensilage d’herbe sec, paille, pulpe…)

Attention, les grosses particules de fourrage (ø > 15 – 20 mm) empêchent de chasser correctement l’air du fourrage. Des feuilles desséchées peuvent ne pas être bien coupées par l’ensileuse comme cela peut être le cas des feuilles du bas de plantes ou les spathes en année normale. Des couteaux d’ensileuse bien affûtés sont une fois de plus gage d’un travail de qualité.

Des chantiers sécurisés

Retrouvez, en cliquant ici, les conseils de la Msa Mayenne Orne Sarthe pour un déroulement de vos chantiers en toute sécurité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Agri53 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui