Agri53 22 août 2019 à 09h00 | Par MSA Mayenne Orne Sarthe

Ensilage : la sécurité avant tout !

Les ensilages vont commencer. Manipulation du matériel, travail sur silo et conduite sur route doivent être effectués avec prudence. Des négligences, notamment dues au stress et à la fatigue, entraînent de nombreux accidents. Organisez et planifiez votre chantier de récolte le plus précisément possible, afin qu’il se déroule dans les meilleures conditions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © VG

Les accidents les plus graves pendant les ensilages sont provoqués lors d’interventions manuelles, machine en marche. Les dangers les plus courants sont :
- les risques d'écrasement de l'opérateur par la roue arrière,
- les risques de happement lors des interventions de débourrage, près de la tête de récolte, machine en marche,
- les risques liés aux opérations d'entretien,
- les risques liés aux dispositifs hacheurs et dispositifs de coupe, qui nécessitent un temps d'arrêt important,
- les risques liés à la mise en route accidentelle...
- les risques liés à l’énervement lors de la gestion des pannes.
- les risques liés aux conditions climatiques difficiles.
- les risques liés à la coactivité des hommes et des matériels.

Une manipulation responsable

Limiter le nombre de personnes sur le chantier et n’autorisez personne à s’approcher de l’aire d’évolution des engins. Arrêter le chantier si nécessaire.
Avant d’effectuer un débourrage de l’ensileuse, arrêtez le moteur et protégez-vous : n’intervenez jamais à main nue. Si l’arrêt du moteur n’est pas possible, le chauffeur doit rester au volant et se tenir prêt à couper le circuit en cas d’accident.
L’entretien de la machine doit être réalisé moteur arrêté pour limiter les risques d’accident par les organes de transmission ou de travail.
Lors de l’affûtage, moteur en marche, restez très vigilant. Ne laissez qu’une seule personne sur la machine pour éviter une mise en route intempestive et des accidents par happement ou écrasement.

Un lieu de travail aménagé

Dégagez l’entrée du champ pour faciliter le passage de la machine et des tracteurs.
Informer le chauffeur de l’ensileuse en cas de présence d’obstacles dans le champ, tronc d’arbre, branches gênantes, présence d’un puits, d’une ligne électrique aérienne, pouvant être à l’origine d’un incident. Attention également à la pente du sol et à sa portance.
Il est possible d’installer sur les ensileuses un détecteur de lignes. Il permet d’informer en temps réel le chauffeur de la présence d’une ligne électrique aérienne notamment lors du travail de nuit ou de brouillard.
Observez la règle suivante : le chauffeur de l’ensileuse est considéré comme le chef de chantier.
L’adéquation entre la puissance de l’ensileuse, le volume des remorques, et la nature du chantier, doit être optimale. Le chauffeur doit être attentif à surveiller simultanément la récolte et la chute de l’ensilage depuis la goulotte dans la remorque.
Pour le silo, choisissez un emplacement facile d’accès et éloigné des lignes électriques.
En cours de déchargement de l’ensilage au pied du silo, un renversement est toujours possible. Utilisez un tracteur tasseur équipé de quatre roues motrices, de masses d’alourdissement à l’avant et à l’arrière, d’une cabine de sécurité et d’une ceinture de sécurité pour travailler en petites couches. L’ensilage doit être déchargé au pied du silo et, après tassement dans les silos-couloirs, sa hauteur ne doit pas dépasser la hauteur des murs. Pensez à prendre en compte l’inclinaison du silo.
Veuillez à n’avoir aucune personne à pied autour du silo lors des manœuvres du matériel.
En période d’ensilage, le travail se poursuit souvent la nuit. Eclairez suffisamment les silos pour supprimer les zones d’ombre. Enfin, organisez les règles de rotation des remorques autour du silo, pour éviter les accidents.

Des règles de sécurité routière

Les articles du code de la route sont applicables aux véhicules agricoles. Des règles particulières leur sont cependant adaptées :

• Préalable. Le convoyage doit être parfaitement planifié, en tenant compte du gabarit du matériel et du nombre de remorques, ainsi que du trajet prévu et de l’accès au champ. L’ensileuse doit être entretenue quotidiennement et sa signalisation contrôlée. Pensez aussi à une signalisation routière spécifique du chantier.

• Vitesse. La limite autorisée est fixée à 40 km/h pour les tracteurs et à 25 km/h pour les machines automotrices (ensileuse, moissonneuse…).

• Signalisation et éclairage. En plus de la signalisation commune à tous les véhicules, tout tracteur ou machine automotrice doit être muni d'un gyrophare visible à 50 m tout azimut. Un dispositif lumineux permettant la lisibilité de la plaque d'identification à une distance de 20 m doit être prévu. Les feux rouges, les clignotants et les dispositifs lumineux peuvent être fixés sur un support amovible. Les phares de travail ne doivent pas être utilisés sur route.

Conduite. Le conducteur d’un engin agricole (tracteur et remorque) doit être âgé au minimum de 16 ans, voire de 18 ans lorsque la largeur de l’engin dépasse 2,55 m. Pour l’ensileuse et le chargeur télescopique, il faut obligatoirement avoir 18 ans et être formé à la conduite du matériel. Pour le chargeur télescopique l’employeur doit également délivrer une attestation de conduite à son salarié.

• S’il pleut. Par temps de pluie, une signalisation adaptée doit être mise en place sur la route, dans les deux sens. Après le passage de la dernière remorque, le nettoyage de la chaussée s’impose.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Agri53 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui