06 septembre 2018 à 14h00 | Par Vincent Gross

287 bovins pour la première !

Mardi 4 le nouveau foirail de Château-Gontier faisant ses premières ventes. Une belle inauguration puisque les apporteurs ont mis, dans les 24 parcs, 287 bovins.

Abonnez-vous Imprimer
Le nouveau foirail a ouvert mardi 4 septembre avec un premier marché à 14h.
Le nouveau foirail a ouvert mardi 4 septembre avec un premier marché à 14h. - © VG

Il y avait foule, mardi, pour l’ouverture inaugurale du nouveau foirail de Château-Gontier et de son nouveau (lui aussi) marché aux broutards, gros bovins et aux veaux du mardi. Les remarques allaient bon train pendant que les animaux descendaient des camions. « C’est un bel équipement », notait un ancien habitué du marché de Fougères. « Désormais, nous viendrons le mardi, ici, à Château-Gontier. C’est comme cela. L’agriculture évolue et tant que l’on peut conserver un marché de gré à gré… Que cela soit à Fougères ou ici ! » Comme lui, les « anciens » de Fougères sont venus, « pour voir et éventuellement acheter… », mais aussi des habitués de Châteaubriant.

Le maire de Château-Gontier, Philippe Henry, dans une courte allocution sur fond de beuglements, a souligné « le moment historique » que constitue « l’ouverture d’un marché le mardi aux broutards et gros bovins. Nous ouvrons un nouveau chapitre du monde agricole avec ce lieu de cotation ici, à Château-Gontier. » Il notera cependant le petit couac, celui du terrain glissant pour les bovins. « Le sol est lisse, en résine, conformément aux normes sanitaires. Nous allons remédier à la problématique de manque d’adhérence pour la semaine prochaine aux glissades en installant des tapis antidérapants. Aujourd’hui, c’est la phase de tests grandeur nature. Nous ne pouvons qu’apporter des améliorations. »

D’ailleurs, dès mercredi, des tapis étaient trouvés. « Ils seront installés pour mardi prochain à la descente des camions et dans les couloirs d’alimentation des parcs », nous précisait Jean-Jacques Gendry, responsable du marché. Un organisateur ravi de cette première édition. « Nous avions 27 opérateurs, vendeurs ou acheteurs », et surtout « 270 broutards et gros bovins, ainsi que 17 veaux ». Bref, résume-t-il « un beau panel de bovins, dont 3 génisses amouillantes, un beau taureau… »

Quant aux prix, « ils ont été équivalents à ceux de la semaine précédente à Cholet ou à Châteaubriant, d’après les observateurs de FranceAgriMer venus sur place », souligne Jean-Jacques Gendry. Il reste désormais à transformer l’essai…

Les commentaires ont été suspendus pour cet article

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Agri53 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui