Agri53
Accueil > Actualités

Les mesures décidées à Bruxelles sont insuffisantes

Pauline COLLET GASTINEL
Le 18/03/2016 à 17:45 I Soyez le 1er à déposer un commentaire

Interview de Xavier Beulin, Président de la FNSEA

A quelques jours du congrès de la FNSEA qui se tient à Laval, les 30, 31 mars et 1er avril,
Xavier Beulin estime que les mesures décidées par le Conseil des ministres sont insuffisantes, tout en rappelant les avancées qui ont été obtenues depuis le mois de juillet dernier.

Quel est votre première réaction vis-à-vis des mesures annoncées par le Conseil des ministres de l’Agriculture du 14 mars à Bruxelles?

Xavier Beulin : Elles sont insuffisantes au plan communautaire et ne comportent que deux nouveautés par rapport aux annonces de septembre dernier. L’autorisation d’une gestion volontaire de la production entre organisations et producteurs avec l’activation de l’article 222 est un acte politique, mais insuffisant. Pour se mettre en place, il faut un financement européen et une volonté des grands opérateurs européens. La deuxième mesure donne l’autorisation à un Etat-membre de déroger au plafond de minimis pour bénéficier d’aides nationales. En clair, un agriculteur français aujourd’hui peut percevoir 15 000 euros d’aides hors PAC cumulé sur trois ans. Exceptionnellement la Commission européenne (CE) accepte l’octroi d’aides nationales exceptionnelles systématiques de 15 000 € /an. Concernant le stockage privé, il n’y a rien sur le soutien à l’export, aucune réponse sur l’embargo. L’Europe doit renouer avec la politique dans le bon sens du terme. Est-ce aux paysans de notre pays de payer les conséquences de l’embargo russe ? Sur l’étiquetage, la France bénéficie d’une dérogation. On va s’en servir avec un décret sur l’obligation d’étiqueter les produits transformés. L’idée étant de créer un groupe de pression avec des pays qui ont la même relation que nous vis-à-vis de l’alimentation, de l’origine et de la traçabilité. Il s’agit bien de renouveler le contrat de transparence donc le contrat de confiance avec les consommateurs citoyens.

 

L’incitation financière pour réduire la production laitière pourra-t-elle venir des Etats ?

XB : Les Etats-membres vont finir par s’enrhumer. Il faudrait plutôt que la disposition soit européenne. Pendant la crise du lait en 2009, les perspectives à six/huit mois de retournement de la conjoncture étaient avérées. Aujourd’hui, quand j’observe le marché mondial, je constate que la Nouvelle-Zélande a dévalué sa monnaie pour renforcer une démarche volontaire et assumée à l’export en faveur de sa politique laitière. La semaine prochaine, je rencontrerai le ministre de l’Agriculture néo-zélandais pour lui en parler. Aujourd’hui, sur un terme de six/huit mois, il n’y a pas de perspectives positives. Je rappelle au passage que la France est le seul pays à ne pas avoir augmenté sa production en 2015. On demande à ce qu’un accompagnement financier soit coordonné. Là encore, l’Europe doit se réveiller. Il faut plus de cohésion, d’harmonisation et d’action.

 

A la fin du mois se tiendra le congrès de la FNSEA. Quels vont être les grands axes des débats ?

XB : Mais avant tout cela, nous allons parler des hommes et des femmes du monde paysan qui sont frappés de plein fouet par cette crise d’une extrême dureté. Il ne s’agit pas de s’apitoyer sur notre sort mais de faire ce que seul le syndicalisme sait faire au plus près du terrain, écoute, soutien, dialogue, débat et solutions. Cette année fût si difficile, si dure, si éprouvante qu’il nous faut nous retrouver, faire le bilan et construire des perspectives qui redonnent de la fierté et du sens à notre métier. L’économie, le revenu, la viabilité de nos exploitations ne peuvent être discutés que dans la solidarité, la convivialité et la recherche de solutions d’espoir.

On va, bien entendu, parler de la crise actuelle et de ses conséquences. Et comment la FNSEA s’est mobilisée depuis un an pour y répondre. Il y a eu le plan de soutien de l’élevage du mois de juillet, puis les mesures d’urgence du 3 septembre avec le volet social, l’année blanche, le fonds d’allègement des charges qui vient d’être complété par le Premier ministre, en février dernier. Dorénavant, tous les secteurs, y compris les fruits et légumes, les grandes cultures qui remplissent les conditions à l’année blanche peuvent y accéder. Le nombre de dossiers est en train de croître et pourrait atteindre les 45 000 au mois de juin prochain. Nous avons obtenu également le report des cotisations sociales pour les revenus inférieurs au revenu de référence. Par ailleurs, s’agissant des mesures structurelles, un comité d’élaboration des normes et des réglementations présidé par un préfet a été créé. Il a une double fonction : d’abord évaluer l’impact socio-économique des normes,  et veiller à ce qu’il n’y ait pas de superposition française. Une action de toilettage des normes et réglementations préexistantes est nécessaire pour simplifier et nous remettre au niveau communautaire.

 

Ces mesures structurelles sont-elles à la hauteur ?

 

XB : En tout cas, elles avancent dans la bonne direction. Ce que nous voulons, c’est pouvoir rester dans la course européenne sans avoir de boulets à nos pieds. Nous avons obtenu de relever les seuils d’installations classées pour les ateliers d’engraissement des bovins et de vaches laitières et de supprimer les régimes de déclaration avec contrôle périodique. Concrètement, ce sont des économies sur les coûts de ces contrôles de 700 €/an et sur les études d’impact. De la même manière, nous travaillons à remettre du pragmatisme dans le plan Ecophyto 2 en proposant des indicateurs qui ne s’arrêtent pas au nombre de doses utilisées mais qui mesurent les quantités de substances actives (QSA) en tenant compte des démarches de progrès et d’innovation. Et au chapitre structurel, il ne faut pas oublier les mesures fiscales obtenues en fin d’année pour lisser nos revenus, ni la baisse de 7 points des cotisations maladies (qui s’ajoutent aux 3 points obtenus l’année dernière). C’est une réponse au « dumping social » de certains de nos concurrents.

 

Avec les 70 ans de la FNSEA cette année, quelle place donnez-vous au syndicalisme aujourd’hui ? Son évolution ? Son rôle ?

 

XB : Si on veut demain peser sur les enjeux climatiques, de commerce international, cela passera par une mutualisation de nos moyens. Une vision collective de l’agriculture, c’est ça le rôle du syndicalisme aujourd’hui. Comment combiner à la fois les grands enjeux macro-économiques et la capacité de ré-identifier socialement, humainement, territorialement notre place d’agriculteurs. Ce sont de grands défis. Le rôle du syndicalisme est fondamental pour favoriser la formation, l’innovation, la recherche et le transfert de technologies. Un point de satisfaction, la problématique alimentaire a replacé l’agriculteur au cœur des débats. Avant on était en flux poussé, avec le leitmotiv de produire et encore produire. Une des missions du syndicalisme est de se réapproprier la demande du citoyen, du consommateur pour valoriser nos savoir-faire. On doit réformer nos organisations pour répondre à ces exigences de la société. L’étiquetage permettrait de revaloriser la production agricole. L’agriculteur a un rôle actif et une responsabilité accrue. En échange, nous demandons à la société de nous regarder comme nous sommes, juste comme nous sommes et de ne pas nous juger brutalement entre fantasme, rêveries et autres décalages avec la réalité.

Aujourd’hui comme hier nous affirmons que nous sommes un syndicalisme de propositions et de solutions et pas seulement de contestation. C’est le grand marqueur de ces 70 ans. Les grandes conquêtes des années passées nous les avons obtenues grâce à ce positionnement. Nous devons continuer ainsi en intégrant désormais dans nos réflexions la mondialisation de plus en plus prégnante ainsi que les sujets sociaux et sociétaux. Les paysans sont aimés des Français mais il faut aussi que nous soyons compris, dans nos difficultés certes, mais aussi dans nos projets et nos espoirs.



   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri53.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Déclaration Pac 2017
°
Mardi
25/04/2017
LAVAL
Météo
Plus de détails sur ma ville
AHUILLE
ALEXAIN
AMPOIGNE
ANDOUILLE
ARGENTON NOTRE DAME
ARGENTRE
ARON
ARQUENAY
ASSE LE BERENGER
ASTILLE
ATHEE
AVERTON
AZE
BAIS
BALLEE
BALLOTS
BANNES
BAZOUGERS
BAZOUGES
BEAULIEU SUR OUDON
BELGEARD
BIERNE
BLANDOUET
BONCHAMP LES LAVAL
BOUCHAMPS LES CRAON
BOUERE
BOUESSAY
BOURGON
BRAINS SUR LES MARCHES
BRECE
BREE
BRETIGNOLLES LE MOULIN
CARELLES
CHAILLAND
CHALONS DU MAINE
CHAMMES
CHAMPEON
CHAMPFREMONT
CHAMPGENETEUX
CHANGE
CHANTRIGNE
CHARCHIGNE
CHATEAU GONTIER
CHATELAIN
CHATILLON SUR COLMONT
CHATRES LA FORET
CHEMAZE
CHEMERE LE ROI
CHEVAIGNE DU MAINE
CIGNE
COLOMBIERS DU PLESSIS
COMMER
CONGRIER
CONTEST
COSMES
COSSE EN CHAMPAGNE
COSSE LE VIVIEN
COUDRAY
COUPTRAIN
COURBEVEILLE
COURCITE
CRAON
CRENNES SUR FRAUBEE
CUILLE
DAON
DENAZE
DESERTINES
DEUX EVAILLES
ENTRAMMES
EPINEUX LE SEGUIN
ERNEE
EVRON
FONTAINE COUVERTE
FORCE
FOUGEROLLES DU PLESSIS
FROMENTIERES
GASTINES
GENNES SUR GLAIZE
GESNES
GESVRES
GORRON
GRAZAY
GREZ EN BOUERE
HAMBERS
HARDANGES
HERCE
HOUSSAY
IZE
JUBLAINS
JUVIGNE
L HUISSERIE
LA BACONNIERE
LA BAROCHE GONDOUIN
LA BAZOGE MONTPINCON
LA BAZOUGE DE CHEMERE
LA BAZOUGE DES ALLEUX
LA BIGOTTIERE
LA BRULATTE
LA CHAPELLE ANTHENAISE
LA CHAPELLE AU RIBOUL
LA CHAPELLE CRAONNAISE
LA CHAPELLE RAINSOUIN
LA CROIXILLE
LA CROPTE
LA DOREE
LA GRAVELLE
LA HAIE TRAVERSAINE
LA PALLU
LA ROE
LA ROUAUDIERE
LA SELLE CRAONNAISE
LAIGNE
LANDIVY
LARCHAMP
LAUBRIERES
LAUNAY VILLIERS
LAVAL
LE BIGNON DU MAINE
LE BOURGNEUF LA FORET
LE BURET
LE HAM
LE HORPS
LE PAS
LE RIBAY
LES CHAPELLES
LESBOIS
LEVARE
LIVRE
LOIGNE SUR MAYENNE
LOIRON
LONGUEFUYE
LOUPFOUGERES
LOUVERNE
LOUVIGNE
MADRE
MAISONCELLES DU MAINE
MARCILLE LA VILLE
MARIGNE PEUTON
MAYENNE
MEE
MELLERAY LA VALLEE
MENIL
MERAL
MESLAY DU MAINE
MEZANGERS
MONTAUDIN
MONTENAY
MONTFLOURS
MONTIGNE LE BRILLANT
MONTJEAN
MONTOURTIER
MONTSURS
MOULAY
NEAU
NEUILLY LE VENDIN
NIAFLES
NIORT LA FONTAINE
NUILLE SUR OUETTE
NUILLE SUR VICOIN
OISSEAU
OLIVET
ORGERES LA ROCHE
ORIGNE
PARIGNE SUR BRAYE
PARNE SUR ROC
PEUTON
PLACE
POMMERIEUX
PONTMAIN
PORT BRILLET
POULAY
PRE EN PAIL
PREAUX
RENAZE
RENNES EN GRENOUILLES
RUILLE FROID FONDS
RUILLE LE GRAVELAIS
SAINT AIGNAN DE COUPTRAIN
SAINT AIGNAN SUR ROE
SAINT AUBIN DU DESERT
SAINT AUBIN FOSSE LOUVAIN
SAINT BAUDELLE
SAINT BERTHEVIN LA TANNIERE
SAINT BRICE
SAINT CALAIS DU DESERT
SAINT CENERE
SAINT CHARLES LA FORET
SAINT CHRISTOPHE DU LUAT
SAINT CYR EN PAIL
SAINT CYR LE GRAVELAIS
SAINT DENIS D ANJOU
SAINT DENIS DE GASTINES
SAINT DENIS DU MAINE
SAINT ELLIER DU MAINE
SAINT ERBLON
SAINT FORT
SAINT FRAIMBAULT DE PRIERES
SAINT GAULT
SAINT GEORGES BUTTAVENT
SAINT GEORGES LE FLECHARD
SAINT GEORGES SUR ERVE
SAINT GERMAIN D ANXURE
SAINT GERMAIN DE COULAMER
SAINT GERMAIN LE FOUILLOUX
SAINT GERMAIN LE GUILLAUME
SAINT HILAIRE DU MAINE
SAINT ISLE
SAINT JEAN SUR ERVE
SAINT JEAN SUR MAYENNE
SAINT JULIEN DU TERROUX
SAINT LAURENT DES MORTIERS
SAINT LOUP DU DORAT
SAINT LOUP DU GAST
SAINT MARS SUR COLMONT
SAINT MARS SUR LA
SAINT MARTIN DE CONNEE
SAINT MARTIN DU LIMET
SAINT MICHEL DE FEINS
SAINT MICHEL DE LA
SAINT OUEN DES TOITS
SAINT OUEN DES VALLONS
SAINT PIERRE DES LANDES
SAINT PIERRE DES NIDS
SAINT PIERRE LA COUR
SAINT PIERRE SUR ERVE
SAINT PIERRE SUR ORTHE
SAINT POIX
SAINT QUENTIN LES ANGES
SAINT SAMSON
SAINT SATURNIN DU LIMET
SAINT SULPICE
SAINT THOMAS DE COURCERIERS
SAINTE GEMMES LE ROBERT
SAINTE MARIE DU BOIS
SAINTE SUZANNE
SAULGES
SENONNES
SIMPLE
SOUCE
THORIGNE EN CHARNIE
THUBOEUF
TRANS
VAIGES
VAUCE
VAUTORTE
VIEUVY
VILLAINES LA JUHEL
VILLEPAIL
VILLIERS CHARLEMAGNE
VIMARCE
VOUTRE
Les unes Agri53
Journal du 20/04/17Journal du 18/04/17Journal du 06/04/17Journal du 30/03/17Journal du 23/03/17Journal du 17/03/17Journal du 09/03/17Journal du 02/03/17Journal du 16/02/17
S'abonner au journal
http://www.sanelevage.fr/

La question de la semaine

Constatez-vous des dégâts d'oiseaux sur vos semis ?

Les choix
Les choix
Répondre à la question de la semaine
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
RSS twitter Youtube
Agri53

Agri53
Parc Technopole, rue Albert Einstein
BP 36135 Changé, 53000 Laval
Téléphone : 02 43 67 38 60