Agri53
Accueil > Actualités

Interview de Karen Serres : Réforme de la PAC : « les grandes perdantes sont les agricultrices »

Nicolas TOUCHARD
Le 10/10/2013 à 07:08 I Soyez le 1er à déposer un commentaire

Lors de son discours au Sommet de l´élevage le 2 octobre, François Hollande a annoncé que pour les sociétés agricoles, les Gaec seront la forme juridique qui permettra aux différents actifs de bénéficier de la surdotation.

« Les autres formes juridiques pourront aller vers les Gaec », a précisé le chef de l´Etat. Ce qui signifie que les entreprises actuellement en EARL pourront se transformer en Gaec, ce qui n´est pas sans conséquences pour les exploitants installés en couple. Explications avec Karen Serres, présidente de la Commission nationale des agricultrices de la FNSEA. Quelles sont les conséquences de la surdotation des 52 premiers hectares pour les GAEC ? Désormais, quand on sera exploitant en EARL, on sera pénalisé au regard des autres. Cela veut dire que tout EARL qui a deux exploitants et plus de 50 hectares, si elle ne transforme pas en Gaec, sera pénalisée. C´est un problème car une transformation sociétale a un coût juridique. De plus, il n´est pas certain que cela permettra d´octroyer une part économique. En effet, aujourd´hui, il y a déjà des Gaec où tous les exploitants ne sont pas pris en compte dans le calcul des plafonds d´aides. Le fait de changer de forme sociétaire ne garantit pas réellement la prise en compte des plafonds. Au regard des règles européennes, la reconnaissance des exploitants agricoles dépend pour le moment des regroupements d´exploitations. Quelles sont les actions que vous allez mettre en oeuvre pour que les femmes soient prises en compte ? A l´heure où je vous parle, il n´y a pas de solution garantie. J´ai déjà demandé un rendez-vous auprès du ministre qui est resté sans réponse. Je pense que les grandes perdantes de cette réforme de la PAC sont les agricultrices. Rappelons que les agricultrices ne sont pas en EARL parce qu´elles en ont envie. Jusqu´en 2010, elles n´avaient aucune autre solution pour s´installer en couple car la réglementation française ne leur permettait pas de s´installer en Gaec. Elles n´avaient pas le choix. Aujourd´hui, on leur dit qu´elles peuvent créer un Gaec mais qu´elles ne seront pas sûres pour autant d´être comptées pour la majoration de 52 ha. Le silence depuis l´annonce de François Hollande à ce sujet n´est pas satisfaisant. J´ai beaucoup d´agricultrices sur le terrain qui m´appellent car elles sont inquiètes



   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri53.fr
DERNIERES NEWS