Agri53 10 septembre 2020 à 11h00 | Par Équipe Bois Bocage Paysage Chambre d’agriculture Pays de la Loire

Savez-vous planter des haies?

La plantation d’une haie s’appréhende en différentes étapes nécessaires à sa réussite. Explicatif en six points.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Archives Agri53

• La préparation du sol

Vous souhaitez planter une haie ? La préparation de sol constitue une étape importante, la première de toute, mais fondamentale pour que votre haie ait un bon développement dans quelques années. On prépare un sol pour favoriser la croissance de l’arbre lorsqu’il fera très chaud en été. Il trouvera plus facilement l’eau grâce à ses racines en profondeur. Lorsqu’il y a du vent, il sera bien ancré, beaucoup plus résistant aux aléas climatiques. On prépare le sol avec des outils qui permettent de décompacter le sol en profondeur dans un premier temps. Il faut que les saisies racines puissent aller en profondeur donc on va faciliter la migration des racines dans le sol (sous-sol large, décompacté sur au moins 40 à 60 centimètres de profondeur). On réalise une préparation de surface, qui elle va faciliter les conditions de plantation et aussi faciliter le développement des racines de surface. On peut utiliser des outils qui font les 2 en même temps. Il n’est pas utile voir dangereux de faire une préparation de sol trop fine, qui ferait qu’on enfermerait de l’air ou qu’on fabriquerait de la boue gorgée d’eau. En milieu humide, on cherche à avoir un sol qui ne soit pas gorgé d’eau. On peut être amené dans certaines conditions à faire des talus, des buttes qui permettront une plantation où les racines de l’arbre resteront dans des conditions saines pour éviter la mortalité et éviter des problèmes de reprise des arbres.

• Le paillage : deuxième étape de la plantation

Le paillage est une technique qui consiste à mettre au sol un matériau biodégradable de préférence... Avec un paillage, il y a beaucoup moins de végétations concurrentes autour du plant, les pertes en eau du sol sont limitées, le sol ne se retasse pas dès les premières années. Certains paillages permettent même d’enrichir le sol en se décomposant et de réguler la température du sol. Au final, l’entretien de la plantation est facilité et limité, quant à la reprise et la croissance des végétaux, elles sont améliorées. Il existe différents systèmes de paillages. Les rouleaux peuvent être constitués de biofilms, de fibres végétales voire de paille. Il existe également des matériaux en vrac que peuvent être les écorces, les copeaux de bois ou les refus de criblage de déchets verts. Les paillages en rouleau sont posés impérativement avant la plantation. Les matériaux en vrac peuvent être installés avant ou après la plantation. En largeur, le paillage doit être posé sur au moins 1 mètre de large, l’optimum étant au moins d’un mètre carré par plant. La paille doit au moins être constituée de 7 à 10 kilogrammes par mètre linéaire. Il faut impérativement qu’elle ne soit pas désagglomérée et que ça ne soit pas de la paille broyée. Pour les copeaux de bois, il faut au minimum 15 centimètres d’épaisseur. Le choix du type de paillage se fait en fonction de sa disponibilité, de l’importance du projet, de son prix et également de sa facilité de mise en œuvre.

• Le stockage des végétaux

La réussite de la plantation passe aussi par une bonne conservation des plants entre l’arrachage en pépinière et la livraison sur le site de plantation. En effet, quelques minutes d’exposition du système racinaire au soleil ou au vent peuvent entraîner un retard de croissances des plants voire même leur mort. Lors de la réception des végétaux sur le chantier de plantation, les plants vont être conditionnés dans des sacs protecteurs. Certains plants sont à racines nues, d’autres sont en motte forestière. Les plants d’une même espèce sont ficelés en bottes avec une étiquette permettant l’identification des plants. Si la plantation se réalise le jour de la livraison des plantes, l’idéal est de se rendre directement sur le site avec les végétaux conservés dans les sacs. Si plantation 8 jours après la livraison, prévoir un stockage à l’abri du gel Si la plantation doit être réalisée dans les 8 jours suivants, la livraison, les plants doivent être conservés, toujours dans leurs sacs protecteurs, à l’abri du gel (par exemple dans une grange ou dans un garage). Si la plantation doit être réalisée au-delà de 8 jours après la livraison, les végétaux doivent alors être mis en nourrice dans une jauge. La jauge doit être réalisée dans un sol filtrant et drainant ou alors dans du sable. Pour préparer la jauge, il faut réaliser une tranchée de la profondeur des racines puis il faut défaire les bottes de végétaux, ensuite étaler les végétaux dans les tranchées puis pour finir, les recouvrir de terre ou de sable et tasser pour ne pas laisser de poche d’air. La mise en jauge est indispensable pour que les racines ne gèlent pas ou ne se dessèchent pas d’ici à la réalisation de la plantation.

• La plantation

La première étape va être l’habillage du végétal, cela consiste à couper les systèmes racinaires puisque le plant a été arraché mécaniquement en pépinière. Une fois le système racinaire bien taillé, il faut le praliner. Le pralinage est composé de 1/3 de terre, 1/3 de bouse de vache et 1/3 d’eau. Il sert à enrober le système racinaire lors de la plantation. Cela va permettre au végétal de trouver tous les éléments nutritifs lorsqu’il va faire ses petites radicelles au printemps. Enfin, il faut bien repartir les racines dans le trou de, bien vers le bas, pour éviter que les petites racines remontent sur les côtés, sinon il ne va pas bien s’enraciner. Ensuite, on remet la terre et on tasse. L’autre élément auquel il faut faire attention sur le végétal, c’est le collet. Le collet est la partie qui différencie le réseau souterrain du système racinaire et la partie aérienne du végétal. Il faut absolument que la terre arrive à ce niveau, on ne doit pas voir les racines et on ne doit pas emmitoufler le végétal trop en hauteur.

• La pose des protections

Il est nécessaire de protéger les arbres champêtres par des protections, ce dispositif vise à mettre à l’écart les animaux sauvages ou les animaux d’élevage. Les différentes protections qu’elles soient individuelles, en ligne ou surfacique, sont nécessaires à la bonne pousse des végétaux afin qu’ils puissent prendre se développer.

• La taille de formation

En fonction des objectifs assignés à la plantation, il faudra pratiquer ce qu’on appelle une taille de formation, c’est-à-dire un recépage pour des arbustes ou des arbres qu’on pourra conduire en cépée, soit une taille de formation pour des arbres des hauts jets, arbres qu’on voudra préserver afin d’avoir des troncs réguliers droits et bien hauts. Idéalement, la taille de formation va se faire 1 à 2 ans après la plantation de la haie, selon sa reprise. L’entretien juvénile, quant à lui, se fait sur une haie plantée il y a 6 mois.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Agri53 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui