Agri53 30 avril 2020 à 09h00 | Par Lena Guillaume

Pommes : un début de floraison prometteur

Qu’elles soient à couteau ou à cidre, les pommes promettent d’être nombreuses en Mayenne. Après plusieurs années difficiles, cette année la floraison est très positive.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La floraison promet une bonne récolte de pomme cette année.
La floraison promet une bonne récolte de pomme cette année. - © Denis Rouland

Avec l’arrivée du printemps, les pommiers ont revêtu leurs fleurs blanches. Après plusieurs années marquées par des épisodes de sécheresse et de gel, les producteurs mayennais sont soulagés. Cette année, la météo a joué en leur faveur. Ce début de floraison est prometteur.

Une météo favorable

« Avec l’hiver doux, les arbres ont pu faire leurs réserves », constate Denis Rouland, de la ferme du Theil à Andouillé et président de l’association des Cidres de Loire. L’absence d’humidité trop importante et les chaleurs de ce début de printemps ont permis aux fleurs de bien se développer. « On a aussi pas mal de pollinisateurs », se réjouit Christophe Moulard, arboriculteur aux Huberdières, à Craon. Les producteurs se sentent plutôt confiants pour les mois à venir. D’autant plus qu’ils ne pensent plus avoir à craindre le gel. « Maintenant, il faut juste espérer que cela continue sur cette lignée et que l’on n’ait pas d’aléas climatiques comme de la grêle ou de grosses pluies d’orage », note tout de même Marie Bourny, de la ferme de la Cornesse, à La Brûlatte.

Des parasites maîtrisés

Niveau « parasite », les producteurs ne semblent pas non plus trop inquiets. Si avec la chaleur, les pucerons risquent de se réveiller, « pour le moment, on ne voit pas de dégâts dramatiques », affirme Denis Rouland. Les arboriculteurs comptent sur les insectes auxiliaires pour les limiter. Un traitement a également pu être fait avant floraison pour éviter leur développement. « On a aussi installé des pièges à phéromones contre le carpocapse », témoignent les agriculteurs. La larve de ce parasite se nourrit de l’intérieur des fruits.

En revanche, Denis Rouland avoue être préoccupé du possible développement du phytophthora qui s’attaque au système racinaire des pommiers. « Les années où il fait un coup humide et un coup sec, il y a une recrudescence de ce champignon. Pour le moment, on ne voit pas ses effets, mais il pourrait apparaître au cours du printemps. On a eu un hiver avec les pieds dans l’eau donc on est un peu inquiet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Agri53 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui