Agri53 06 février 2020 à 13h00 | Par Alexandra Foussard

Ostéopathie animale : un décret qui passe mal

Un décret du 21 avril 2017, et applicable depuis le 1er janvier 2020, imposent à des ostéopathes animaliers de reprendre une formation poru continuer d'exercer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © LG-Agri53

Pour Jacques (prénom d'emprunt pour garantir son anonymat, ndlr), ostéopathe en Mayenne, c’est une aberration : « le décret dit qu’à partir du 1er janvier 2020, les ostéopathes animaliers, diplômés ou non, doivent justifier d’un Bac +5, alors qu’aucune école ne proposait un Bac +5 à la sortie du décret», en 2017. Titulaire de son diplôme d’ostéopathie, il lui manque un an d’étude avant même de pouvoir passer les deux épreuves qui paraissent dans le décret. « Ça me met en colère. Je ne peux pas me permettre d’arrêter un an, de laisser tomber ma clientèle, pour retourner sur les bancs de l’école et ensuite passer une épreuve théorique puis une épreuve pratique, toutes deux payantes. Et si depuis le 1er janvier, nous ne sommes pas titulaires de ces épreuves, nous sommes susceptibles de recevoir un courrier de l’Ordre des vétérinaires, qui nous menace de poursuite pour pratique illégale de la médecine vétérinaire » ajoute-t-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Agri53 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui