Agri53 16 janvier 2020 à 09h00 | Par Alexandra Foussard

Installation : "Vous devez être acteurs de votre projet"

Mardi 14 janvier 2020, les élèves en Terminale Bac Pro Cgea au lycée agricole de Laval étaient en visite sur l’exploitation de Thibaud Gigan, à Houssay, dans le cadre des journées « Demain je m’installe », organisées par les Jeunes Agriculteurs de la Mayenne. Âgé de 30 ans, il est installé en Gaec avec son père depuis le 16 juin 2016.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AF

Organisées en partenariat avec le pôle Installation de la Chambre d’agriculture et les partenaires bancaires du monde agricole, les journées « Demain je m’installe » permettent aux élèves et étudiants en formation agricole de découvrir les différentes étapes de l’installation en agriculture. Thibaud Gigan est installé en production vaches allaitantes avec 20 mères de race Rouge des Prés, 2 400 m2 de volailles certifiées en 56 jours et des cultures de vente en agriculture biologique avec production de quinoa, graines de courges, blé, chanvre, lentilles et houblon. Des productions de niche qui dispose de prix de vente intéressant.

Après un Bac Stav et un Bts Acse, Thibaud Gigan a travaillé à l’extérieur hors du milieu agricole pendant deux ans. Il en a profité pour réfléchir son projet d’installation sur l’exploitation familiale. Dans le cadre de ces formations, il a effectué un stage de 9 semaines en vaches allaitantes, ainsi qu’un mois ½ en Irlande, dans une écurie de chevaux de courses, et 15 jours dans l’Upra Maine-Anjou, axés sur la génétique. Suite à un premier rendez-vous au point Installation de la Chambre d’agriculture de la Mayenne, il lui a été conseillé de réaliser un stage supplémentaire. Il est donc parti au Canada, dans une exploitation avec 120 mères et 350 ha, pour quatre mois dans une exploitation de vaches allaitantes.

À son retour, Thibaud Gigan a réalisé son stage 3P. « J’ai fait mon 3P, un stage de 11 jours à la Chambre d’agriculture où l’on travaille sur notre projet. Mon premier projet était d’agrandir le troupeau allaitant avec construction d’une stabulation. Au cours de ce stage, je me suis aperçu que mon projet n’était pas viable, je l’ai donc accès sur un agrandissement de l’atelier avicole par la construction d’un nouveau bâtiment de 1 200 m2 en dalle béton pour faire du poulet certifié. Un projet qui se chiffre à hauteur de 400 000 € » explique-t-il. À la présentation du plan d’entreprise au partenaire bancaire, le projet n’a pas été considéré comme viable. Après avoir pris du temps pour accepter cette déconvenue, Thibaud Gigan a orienté différemment son projet d’installation : « nous avons rencontré Vincent Seyeux (NDLR producteur de cultures de ventes orientées vers les cultures de niche en agriculture biologique), qui m’a demandé pourquoi je ne m’installais pas en bio. J’ai pris contact avec la Chambre d’agriculture, notamment Brigitte Lambert qui s’occupe des projets en bio. Après avoir refait toute l’étude prévisionnelle, le projet d’installation a été accepté le 16 juin 2016 par la Banque populaire de l’Ouest. Je me suis donc installé en Gaec avec son père depuis le 16 juin 2016 en vaches allaitantes, volailles certifiées et cultures de vente Bio ».

Conseils

Jérémy Trémeau, président des Jeunes Agriculteurs de la Mayenne, Baptiste Grasset, conseiller à la Banque populaire Grand Ouest (BPGO) et Benoit Brunet, conseiller installation à la Chambre d’agriculture de la Mayenne ont prodigué des conseils aux élèves, extraits.

• Benoît Brunet : « lorsque vous avez un projet d’installation aidée, la première chose à faire est de prendre contact avec le PAI (Point accueil installation de la Chambre d’agriculture). Suite à un rendez-vous, on met en place un certain nombre de préconisations par exemple des stages, comme a pu le faire Thibault. Stage en exploitation, stage parrainage, chaque installation est différente et nécessite des pratiques différentes. Le stage parrainage peut notamment être utile lorsqu’on s’installe hors cadre familial, avec un tiers pour vérifier que les futurs associés sont bien sur la même longueur d’onde pour travailler ensemble par la suite ou pour une reprise d’exploitation ».

• Baptiste Grasset : « il y a trois banques sur le secteur du marché agricole. Nous avons réalisé l’installation de Thibault Gigan. Notre rôle est de vous orienter, vous conseiller et répondre à des questions en lien avec le financement de votre projet. Le centre de gestion monte l’étude avec vous et ensuite on a un rendez-vous un peu plus concret avec une étude de faisabilité, qui permet de réaliser une analyse financière du projet ainsi que le prévisionnel sur les cinq premières années. On parle de vous, de votre parcours, comment vous êtres arrivé la aujourd’hui…
Pour un projet d’installation, on regarde l’EBE, hors rémunérations et incluant les aides. On enlève les annuités du projet et une marge de sécurité qui est environ de 10 % et on regarde les prélèvements privés qu’il reste. On n’installe pas des jeunes pour que demain il ne puisse pas se prélever de rémunération ».

• Jérémy Trémeau : « Sur les prélèvements privés, on entend qu’il faut un Smic au bout de 4 ans. Mais l’important, c’est de définir combien vous souhaitez prélever par mois. Le message qu’on a envie de faire passer aux jeunes c’est de vous dire, la base, c’est combien vous voulez, vous. Et c’est de là que doit découler le projet. Ce n’est pas ce qu’il reste à la fin du projet, mais ça doit être la base. Et ensuite, par l’étude de faisabilité on voit si ça colle où s’il faut revoir les annuités, le financement. Vous ne devez pas subir votre projet, mais en être acteur. Il ne faut pas non plus oublier de prendre en compte les besoins futurs d’une famille avec des enfants et d’un investissement foncier. C’est la base des réflexions et un élément fondamental. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Agri53 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui