Agri53 09 avril 2020 à 09h00 | Par Charlotte Lafon et Michel Moquet - Arvalis Institut du Végétal

Densité de semis du maïs : attention aux fausses économies !

La semence est le premier poste de charges opérationnelles de la culture de maïs. Mais la densité de plantes est la première composante du rendement. Les essais récents réalisés par Arvalis sur maïs fourrage confirment les préconisations. En deçà des densités recommandées, la perte de rendement est en moyenne supérieure à l’économie réalisée sur le poste semences.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans la gamme 80 – 120 000 plantes/ha à la récolte, pour les variétés précoces, le rendement du maïs augmente en moyenne de 0,36 t MS/ha pour 10 000 plantes/ha supplémentaires (source essais Arvalis).
Dans la gamme 80 – 120 000 plantes/ha à la récolte, pour les variétés précoces, le rendement du maïs augmente en moyenne de 0,36 t MS/ha pour 10 000 plantes/ha supplémentaires (source essais Arvalis). - © Arvalis

• La variété et les conditions de culture déterminent la densité

La précocité de la variété détermine le nombre de feuilles total des variétés. Ce nombre est plus faible pour les variétés précoces que pour les tardives. Ainsi, pour les variétés précoces on devra augmenter le nombre de plantes afin d’atteindre une surface foliaire suffisante pour capter un maximum de rayonnement.

Le type variétal influence également l’objectif de peuplement. Les variétés à floraison précoce, qui ont des grains cornés, ont un nombre d’ovules par rang déterminé à l’avance. C’est-à-dire qu’elles ont un nombre potentiel de grains par épi défini. Pour augmenter le nombre de grains à l’hectare lorsque les conditions sont bonnes, il faut augmenter le nombre de plantes. En revanche, pour les variétés à grains dentés, la différenciation du nombre d’ovules par rang est indéterminée ce qui offre davantage de possibilités de compensation en sous densité.

• Des densités plus élevées pour les variétés précoces

Pour actualiser les références, Arvalis a réalisé une vingtaine d’essais entre 2014 et 2016, en Bretagne, Pays de la Loire et Picardie. Sans surprise, la réponse du rendement à la densité est maximale pour les variétés très précoces. Le rendement augmente d’environ 0,42 t MS/ha pour 10 000 plantes/ha supplémentaires, dans la gamme 80 – 120 000 plantes/ha récoltées. Cette réponse est de 0,36 t MS pour les variétés précoces et 0,28 t MS pour les variétés demi-précoces. Pour obtenir le rendement net, on déduit le coût des semences pour 10 000 graines/ha, estimé à environ 0,18 t MS/ha.

Tableau : densités de culture recommandées (nombre de plantes/ha, à la récolte) en maïs fourrage, selon le potentiel attendu

Précocité

Type de grains

Potentiel moyen

Bon potentiel

Très précoces

Cornés ou cornés-dentés

105 000

115 000

Précoces

Cornés ou cornés-dentés

100 000

110 000

Précoces

Dentés

90 000

105 000

Demi- précoces

Cornés-dentés ou dentés

90 000

100 000

Demi-Précoces

Dentés

85 000

95 000

Recommandations densités maïs grain : - 5 000 plantes/ha par rapport au maïs fourrage

 

• En conditions plus difficiles, la réponse à la densité est moindre

Lorsque le régime hydrique est moins favorable, la réponse à la densité est plus faible, voire nulle. Mais les incertitudes sur la disponibilité en eau ne doivent pas nécessairement conduire à des révisions à la baisse des densités. En effet, en conditions défavorables les densités plus élevées sont mal valorisées, mais elles n’entraînent pas pour autant de pertes de rendement. Par contre, si le climat estival est favorable au maïs, les densités faibles pénalisent systématiquement le rendement. La perte est alors plus importante que l’économie de semences réalisée à l’implantation.

Les essais réalisés par Arvalis ont également fait l’objet de mesure de valeur alimentaire. Dans la plage de densités étudiées, entre 80 000 et 120 000 plantes/ha à la récolte, l’impact de la densité reste relativement faible sur les différents critères influençant la valeur alimentaire : teneur en amidon, digestibilité de la partie tiges-feuilles, valeur UFL. En tendance, la teneur en amidon et la digestibilité tiges-feuilles sont un peu plus faibles sur les densités plus élevées.

• Considérer les pertes entre semis et récolte

Les taux de germination des semences de maïs sont généralement très bons, de l’ordre de 98 %. Les pertes à la levée seront fonction des conditions de semis. En situation favorable : lit de semence bien préparé, date de semis dans les plages recommandées, profondeur 4 cm environ, bonne protection de la semence ou absence de ravageurs en début de cycle, les pertes seront comprises entre 5 et 10 % maximum. Des interventions de désherbage mécanique précoces (herse étrille) peuvent faire augmenter ces pertes de façon significative. Dans ces situations, il est conseillé d’enterrer un peu plus profond la graine et d’augmenter la densité.

Tableau : évaluer la densité de semis au champ : valeurs pour un écartement de 75 cm entre rangs

Densité visée :

plantes/ha è

95 000

100 000

105 000

110 000

Nb de graines sur

10 mètres linéaires

71

75

79

82

Distances

entre graines (cm)

14,1

13,3

12,6

12,2

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Agri53 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui