Agri53 21 mai 2020 à 11h00 | Par Vincent Gross

Aviculture : 250 millions d’euros de pertes

une crise économique profonde pour les aviculteurs de France qui demande le soutien des pouvoirs publics, estimant à 250 millions d’euros les pertes déjà subies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis l’application des mesures sanitaires liées au Covid-19, dont la fermeture
des marchés à l’export et de la restauration, la Cfa estime que les éleveurs de pigeons de chair ont perdu 80 % de leurs débouchés.
Depuis l’application des mesures sanitaires liées au Covid-19, dont la fermeture des marchés à l’export et de la restauration, la Cfa estime que les éleveurs de pigeons de chair ont perdu 80 % de leurs débouchés. - © P. Le Douarin - Réussir

« Poulaillers vides, congélateurs pleins, revenus à zéro : la situation de bon nombre d’aviculteurs est très préoccupante, en particulier dans les filières pigeon, canard à rôtir, canard gras, caille, pintade, gibier ou poulet de Bresse. Les premières estimations établissent les pertes à près de 100 millions d’euros rien que pour les éleveurs et les accou-veurs de ces secteurs », soulève la Confédération française de l’avicul-ture (Cfa) dans un communiqué de presse daté du 18 mai. Dans le dé-tail : 18,4 millions d’euros en canard gras, 21 en canard à rôtir, 45 en gibier, 3,4 en pintade, 4,3 en pigeon, 0,4 en caille et 0,4 en poulet de Bresse. « Certaines filières comme le canard à rôtir, la pintade ou le pi-geon sont menacées de disparition si des mesures d’accompagnement ne sont pas prises rapidement », explique Jean-Michel Schaeffer, président de la Cfa. Les mesures liées au confinement avec la fer-meture de la restauration et l’arrêt de l’export ont fait perdre 60 % de leurs débouchés aux producteurs de foie gras, 70 % pour les éleveurs de canards à rôtir, et le taux atteint 80 % pour les éleveurs de pigeons !Face à cette situation « sans pré-cédent », la Cfa demande aux pou-voirs publics la mise en œuvre de mesures d’accompagnement des éleveurs en difficulté, avec la pro-longation du fonds de solidarité « jusqu’à l’automne pour les ex-ploitations qui vont continuer à subir des pertes », et des aides d’urgence pour « les éleveurs et les accouveurs des filières particulièrement tou-chées » afin de « passer le cap et atténuer les périodes d’inactivité ». Sans cet accompagnement, la Cfa estime que « 35 % des éleveurs de canards à rôtir pourraient faire faillite d’ici l’été » et les autres avi-culteurs « continueraient à travail-ler à perte durant un à deux ans », précise Isabelle Leballeur, secrétaire générale de la Cfa.Aussi, la Cfa demande « la mise en œuvre de mesures de gestion de marché ». À savoir : l’activation de l’aide au stockage privé « pour 41 000 t de viande de volaille et lapins et 4 200 t pour le canard gras », la limitation des importations hors Union européenne et la pro-motion de l’origine France qui doit être, pour la Cfa, « une priorité ». U n courrier détaillant la situation et les besoins de la filière a été adressé, lundi dernier au ministre de l’Agri-culture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Agri53 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui