Agri53
Accueil > Actualités

Interview de Michel Prugue, président de la CFA : « D´abord restaurer la confiance »

Nicolas TOUCHARD
Le 26/04/2013 à 09:45 I Soyez le 1er à déposer un commentaire

Après la table ronde sur la volaille du 18 avril, Michel Prugue, le président de la Confédération française de l´aviculture, considère que la relance la filière avicole passe par le rétablissement de la confiance chez les producteurs en leur donnant la possibilité de répercuter l´augmentation de leurs charges et en allégeant les contraintes administratives auxquelles ils sont soumis.

Après l´affaire Doux qui a été à la une de l´actualité l´an dernier, dans quel état se trouve aujourd´hui l´aviculture ? Michel Prugue : Malgré le démantèlement de l´entreprise Doux, la continuité de la branche export a permis de conserver les débouchés à l´exportation, ce qui est essentiel pour les producteurs et les salariés, notamment en Bretagne dont 50 % de la production est écoulée hors de nos frontières. Ce qui me permet d´insister sur la nécessité de conserver, pendant un certain temps encore, les restitutions pour permettre à la filière de s´adapter et de retrouver sa compétitivité. Mais, devant le dumping que pratiquent un certain nombre de concurrents, par rapport à leur coût de main d´oeuvre, les dévaluations compétitives de leur monnaie, que sais-je encore, l´Europe doit prévoir à l´avenir des dispositifs d´accompagnement à l´exportation. Ne soyons pas naïfs, nous ne pouvons être en Europe les dindons de la farce. Et pour ce qui concerne la France en particulier, on ne peut imaginer que l´Etat fasse l´impasse sur l´exportation pour un secteur qui constitue un débouché essentiel pour nos céréales, contribue à l´emploi dans les zones rurales, sans solliciter de grands moyens budgétaires. Pourquoi par exemple, l´Etat ne soutiendrait-il pas la création d´un opérateur unique à l´exportation en partenariat avec d´autres entreprises pour constituer une réelle force de frappe sur les marchés des pays tiers ? Quant à la cession de la partie « frais » du groupe Doux, elle me laisse un goût d´inachevé, voire un goût amer. En deux mots, la création d´un opérateur supplémentaire sur le marché des GMS nuit à la concentration de l´offre. Conséquence, la concurrence et les rivalités entre entreprises s´exacerbent sur le marché pour le grand bénéfice de la distribution. On en arrive à la situation actuelle où les industriels diminuent les prix de reprise à la production parce qu´ils ont consenti des baisses à la grande distribution. Ce qui alimente le mécontentement des producteurs non seulement vis-à-vis de la distribution, mais aussi des abatteurs. Bref, on reporte l´effort d´ajustement sur les producteurs et on effondre les résultats des entreprises. Un diagnostic satisfaisant Comment avez-vous accueilli le plan d´avenir de la filière présenté par Alain Berger, le 18 avril ? MP : Le diagnostic réalisé est satisfaisant. Alain Berger a écouté tous les membres de la filière et il a rédigé un rapport exhaustif qui répond aux attentes des uns et des autres. Néanmoins, il ne s´agit que d´une étape. D´autres rendez-vous sont prévus. Pour dire qu´on ne peut pas attendre longtemps pour procéder à une remise à plat du fonctionnement de la filière. Aujourd´hui, la priorité des priorités est de redonner confiance. Chez les producteurs, on y parviendra en leur donnant la possibilité de répercuter l´augmentation des charges, en procédant à une interprétation favorable des normes administratives, sanitaires, environnementales, de bien-être animal et de réduction des délais. Tout cela favorisant l´amélioration de la productivité nécessaire à la reconquête du marché national et renforcer nos exportations. Sans oublier de lever l´insécurité juridique provoquée par les recours d´associations qui peuvent bloquer un projet, même quand toutes les autorisations ont été accordées. Comment convaincre un éleveur de se lancer dans des investissements de centaines de milliers d´euros et les risques financiers que cela comporte pour une rémunération qu´il juge insatisfaisante. Et si en plus, il y a une certaine visibilité sur les marchés, les éleveurs n´hésiteront pas à s´engager dans une logique d´investissements, de modernisation des bâtiments, de production d´énergie renouvelable, et au final dans un cercle vertueux de compétitivité, d´amélioration des compétences, bref de dynamisme qui sera bénéfique à toute la filière. Des initiatives immédiates de la part des pouvoirs publics doivent donner le signal d´un changement d´esprit. Le ministre de l´Agriculture a beaucoup insisté sur la valorisation de l´origine France... MP : Autant je suis sceptique sur la possibilité d´exporter massivement du label rouge qui correspond à une attente spécifique des consommateurs français, autant je suis favorable à un étiquetage de provenance de tous les produits, y compris pour la restauration collective en France pour reconquérir le marché intérieur qui est alimenté à hauteur de 45 % par les importations. Je rejoins également le ministre sur la nécessité de valoriser un cahier des charges « volailles de France », intégrant au-delà de la stricte origine, la qualité sanitaire, les normes bien-être, les normes sociales et environnementales. Contrairement à d´autres pays, nous ne savons pas valoriser auprès du consommateur toutes les règles que nous nous imposons et dont il ignore l´existence. Réorganisation de l´outil industriel Certains disent qu´il faut procéder à une restructuration de l´appareil industriel. Y êtes-vous favorable ? MP : Plutôt que de restructuration je préfère parler de réorganisation de l´outil industriel. Je ne suis pas dans une logique de réduction des capacités de production. En revanche je n´exclus pas qu´il faille fermer des usines obsolètes et en construire d´autres. Peut-être même les localiser différemment. En tout cas, les pouvoirs publics doivent s´impliquer et la Banque publique d´investissement doit accompagner les professionnels dans le cadre d´un plan stratégique industriel. Une des clefs de la réussite de la filière avicole française passe par là. Est-ce que l´interprofession que les ministères appellent de leurs voeux ne peut pas y contribuer aussi ? MP : Si l´interprofession avait permis de régler les problèmes de la filière, elle serait déjà faite. Ceci étant, elle fonctionne déjà là pour la plupart des espèces avicoles : l´oeuf, la dinde, le foie gras, le lapin, la pintade et il existe un comité interprofessionnel informel pour le poulet et le canard. Ce que nous souhaitons mettre en place, c´est une interprofession couvrant l´ensemble de la filière avec des sections par espèce. Il est en effet des sujets tels que le traitement des effluents d´élevage, le bien-être animal, les règles sanitaires, la compétitivité, d´autres encore... qui ne peuvent pas être traités de façon segmentée. Quant à savoir si la grande distribution doit intégrer l´interprofession, cela dépend de son comportement. Si elle arrive avec un esprit d´affrontement, il n´en est pas question. En revanche si elle affiche une réelle volonté de construction de filière et accepte par exemple de s´engager dans un vrai débat de régulation et de contractualisation, pourquoi pas ?



   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri53.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Formation "prix de revient"
18°
Jeudi
25/05/2017
LAVAL
Météo
Plus de détails sur ma ville
AHUILLE
ALEXAIN
AMPOIGNE
ANDOUILLE
ARGENTON NOTRE DAME
ARGENTRE
ARON
ARQUENAY
ASSE LE BERENGER
ASTILLE
ATHEE
AVERTON
AZE
BAIS
BALLEE
BALLOTS
BANNES
BAZOUGERS
BAZOUGES
BEAULIEU SUR OUDON
BELGEARD
BIERNE
BLANDOUET
BONCHAMP LES LAVAL
BOUCHAMPS LES CRAON
BOUERE
BOUESSAY
BOURGON
BRAINS SUR LES MARCHES
BRECE
BREE
BRETIGNOLLES LE MOULIN
CARELLES
CHAILLAND
CHALONS DU MAINE
CHAMMES
CHAMPEON
CHAMPFREMONT
CHAMPGENETEUX
CHANGE
CHANTRIGNE
CHARCHIGNE
CHATEAU GONTIER
CHATELAIN
CHATILLON SUR COLMONT
CHATRES LA FORET
CHEMAZE
CHEMERE LE ROI
CHEVAIGNE DU MAINE
CIGNE
COLOMBIERS DU PLESSIS
COMMER
CONGRIER
CONTEST
COSMES
COSSE EN CHAMPAGNE
COSSE LE VIVIEN
COUDRAY
COUPTRAIN
COURBEVEILLE
COURCITE
CRAON
CRENNES SUR FRAUBEE
CUILLE
DAON
DENAZE
DESERTINES
DEUX EVAILLES
ENTRAMMES
EPINEUX LE SEGUIN
ERNEE
EVRON
FONTAINE COUVERTE
FORCE
FOUGEROLLES DU PLESSIS
FROMENTIERES
GASTINES
GENNES SUR GLAIZE
GESNES
GESVRES
GORRON
GRAZAY
GREZ EN BOUERE
HAMBERS
HARDANGES
HERCE
HOUSSAY
IZE
JUBLAINS
JUVIGNE
L HUISSERIE
LA BACONNIERE
LA BAROCHE GONDOUIN
LA BAZOGE MONTPINCON
LA BAZOUGE DE CHEMERE
LA BAZOUGE DES ALLEUX
LA BIGOTTIERE
LA BRULATTE
LA CHAPELLE ANTHENAISE
LA CHAPELLE AU RIBOUL
LA CHAPELLE CRAONNAISE
LA CHAPELLE RAINSOUIN
LA CROIXILLE
LA CROPTE
LA DOREE
LA GRAVELLE
LA HAIE TRAVERSAINE
LA PALLU
LA ROE
LA ROUAUDIERE
LA SELLE CRAONNAISE
LAIGNE
LANDIVY
LARCHAMP
LAUBRIERES
LAUNAY VILLIERS
LAVAL
LE BIGNON DU MAINE
LE BOURGNEUF LA FORET
LE BURET
LE HAM
LE HORPS
LE PAS
LE RIBAY
LES CHAPELLES
LESBOIS
LEVARE
LIVRE
LOIGNE SUR MAYENNE
LOIRON
LONGUEFUYE
LOUPFOUGERES
LOUVERNE
LOUVIGNE
MADRE
MAISONCELLES DU MAINE
MARCILLE LA VILLE
MARIGNE PEUTON
MAYENNE
MEE
MELLERAY LA VALLEE
MENIL
MERAL
MESLAY DU MAINE
MEZANGERS
MONTAUDIN
MONTENAY
MONTFLOURS
MONTIGNE LE BRILLANT
MONTJEAN
MONTOURTIER
MONTSURS
MOULAY
NEAU
NEUILLY LE VENDIN
NIAFLES
NIORT LA FONTAINE
NUILLE SUR OUETTE
NUILLE SUR VICOIN
OISSEAU
OLIVET
ORGERES LA ROCHE
ORIGNE
PARIGNE SUR BRAYE
PARNE SUR ROC
PEUTON
PLACE
POMMERIEUX
PONTMAIN
PORT BRILLET
POULAY
PRE EN PAIL
PREAUX
RENAZE
RENNES EN GRENOUILLES
RUILLE FROID FONDS
RUILLE LE GRAVELAIS
SAINT AIGNAN DE COUPTRAIN
SAINT AIGNAN SUR ROE
SAINT AUBIN DU DESERT
SAINT AUBIN FOSSE LOUVAIN
SAINT BAUDELLE
SAINT BERTHEVIN LA TANNIERE
SAINT BRICE
SAINT CALAIS DU DESERT
SAINT CENERE
SAINT CHARLES LA FORET
SAINT CHRISTOPHE DU LUAT
SAINT CYR EN PAIL
SAINT CYR LE GRAVELAIS
SAINT DENIS D ANJOU
SAINT DENIS DE GASTINES
SAINT DENIS DU MAINE
SAINT ELLIER DU MAINE
SAINT ERBLON
SAINT FORT
SAINT FRAIMBAULT DE PRIERES
SAINT GAULT
SAINT GEORGES BUTTAVENT
SAINT GEORGES LE FLECHARD
SAINT GEORGES SUR ERVE
SAINT GERMAIN D ANXURE
SAINT GERMAIN DE COULAMER
SAINT GERMAIN LE FOUILLOUX
SAINT GERMAIN LE GUILLAUME
SAINT HILAIRE DU MAINE
SAINT ISLE
SAINT JEAN SUR ERVE
SAINT JEAN SUR MAYENNE
SAINT JULIEN DU TERROUX
SAINT LAURENT DES MORTIERS
SAINT LOUP DU DORAT
SAINT LOUP DU GAST
SAINT MARS SUR COLMONT
SAINT MARS SUR LA
SAINT MARTIN DE CONNEE
SAINT MARTIN DU LIMET
SAINT MICHEL DE FEINS
SAINT MICHEL DE LA
SAINT OUEN DES TOITS
SAINT OUEN DES VALLONS
SAINT PIERRE DES LANDES
SAINT PIERRE DES NIDS
SAINT PIERRE LA COUR
SAINT PIERRE SUR ERVE
SAINT PIERRE SUR ORTHE
SAINT POIX
SAINT QUENTIN LES ANGES
SAINT SAMSON
SAINT SATURNIN DU LIMET
SAINT SULPICE
SAINT THOMAS DE COURCERIERS
SAINTE GEMMES LE ROBERT
SAINTE MARIE DU BOIS
SAINTE SUZANNE
SAULGES
SENONNES
SIMPLE
SOUCE
THORIGNE EN CHARNIE
THUBOEUF
TRANS
VAIGES
VAUCE
VAUTORTE
VIEUVY
VILLAINES LA JUHEL
VILLEPAIL
VILLIERS CHARLEMAGNE
VIMARCE
VOUTRE
Les unes Agri53
Journal du 18/05/17Journal du 11/05/17Journal du 04/05/17Journal du 27/04/17Journal du 20/04/17Journal du 18/04/17Journal du 06/04/17Journal du 30/03/17Journal du 23/03/17
S'abonner au journal
http://www.sanelevage.fr/

La question de la semaine

Constatez-vous des dégâts d'oiseaux sur vos semis ?

Les choix
Les choix
Répondre à la question de la semaine
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
RSS twitter Youtube
Agri53

Agri53
Parc Technopole, rue Albert Einstein
BP 36135 Changé, 53000 Laval
Téléphone : 02 43 67 38 60