Agri53
Accueil > Actualités

Absence de systèmes de régulation au niveau européen.

Pauline COLLET GASTINEL
Le 03/06/2015 à 10:07 I Soyez le 1er à déposer un commentaire

Coup d'œil sur ce qui se passe au-delà des océans.

La contractualisation « à la française » est en cours d'audit. Après avoir soutenu la mise en place en 2014, d'un observatoire européen, la Fédération nationale des coopératives laitières (FNCL) demande un système de gestion de crise au niveau européen, à l'exemple de celui du Farm Bill américain. De quoi s'agit-il ? Intéressons-nous à cette gestion des marchés laitiers hors d'Europe,  en Nouvelle-Zélande, aux Etats-Unis et au Canada.

 

Gestion de l’offre : d’un extrême à un autre

Au Canada, pays tourné vers l'approvisionnement de son marché intérieur, la gestion de l'offre est très stricte tandis que la Nouvelle-Zélande qui exporte plus de 90 % de sa production laitière ne connaît pas d'outil de régulation, ni de filet de sécurité. Au Canada, l'offre est administrée à partir d'un quota de demande totale en matière grasse, les producteurs sont financièrement responsables des surplus, les prix d'objectif sont calculés annuellement en fonction des coûts de production. Ceci a eu pour conséquences, depuis 1981, une croissance régulière des prix et des revenus des producteurs.

À l'inverse en Nouvelle- Zélande, sans régulation et sans paiements directs, les prix payés aux producteurs ont suivi les fluctuations des cours mondiaux.

 

Les États-Unis, quant à eux, développent leurs exportations et traitent désormais à la fois le marché et l'assurance-marge.

En effet, le nouveau Farm bill repose sur un programme de dons des produits laitiers aux associations, le DPDP (dairy product donation program) et sur une assurance marge, le DMPP (dairy margin protection program).

Le premier permet de dégager le marché et de faire remonter les cours grâce à des dons alimentaires. Dès que la marge sur coût alimentaire (prix du lait-coût alimentaire) est inférieure à 69 euros les 1 000 litres, le ministère de l'Agriculture a obligation d'acquérir les produits laitiers au prix du marché pour les donner à des banques alimentaires. Il ne peut pas les entreposer pour un usage ultérieur et l'intervention est limitée à trois mois.

Le deuxième dispositif est une assurance marge à plusieurs niveaux de garantie. Il se déclenche, lui aussi, dès que la marge sur coût alimentaire (en moyenne sur deux mois) est inférieure à 69 euros les 1 000 litres et compense à cette hauteur. Les producteurs peuvent prendre une assurance complémentaire couvrant jusqu'à 138 euros les 10 000 litres, entre 25 % et 90 % de leur production. La prime augmente pour des livraisons supérieures à 1,76 million de litres correspondant à un troupeau d'environ 200 vaches.

Le coût de la protection est de 100 dollars jusqu'au 1er niveau, puis il atteint 13 000 euros pour 138 euros/1 000 litres et 200 vaches, 66 000 euros pour la même couverture avec 500 vaches et 159 000 euros avec 1000 vaches. Sur les 45 300 exploitations laitières présentes aux États-Unis en 2014, 23 800 fermes (soit 53 %) se sont inscrites au DMPP en 2015, 24 % pour la protection de base garantissant 69 euros les 1 000 litres et 13 100 fermes soit 29 % pour une protection supérieure.

 

Des organisations de mise en marché par zone ou par entreprise

Aux États-Unis, l'organisation de la mise en marché du lait repose sur dix MMO (milk marketing order : décrets sur la mise en marché du lait selon des formules de prix des produits.) qui assurent un paiement du lait selon l'utilisation :

classe 1 pour le lait de consommation

classe 2 pour la crème et les produits frais

classe 3 pour les fromages

classe 4 pour le beurre

Avec un système de calcul mathématique assurant un paiement uniforme aux producteurs au sein d'un même MMO sans limite de production.

 

Au Québec, l'organisation de la mise en marché du lait passe par un « plan conjoint » soumis au vote des producteurs. Une fois adopté, il devient obligatoire. Une organisation de producteurs, « Les producteurs de lait du Québec » administre le plan conjoint, finance la recherche et la publicité générique, négocie les conditions de transport, mutualise des coûts de transport, coordonne la livraison aux laiteries, négocie le contrat de vente, gère les règles d'attribution des quotas.

Les laiteries paient toutes le même prix pour un même produit fabriqué, sur la base de cinq classes de prix. La concurrence entre les laiteries se fait donc par la gamme de produits fabriqués et par la capacité concurrentielle de l'outil de transformation.

Les producteurs reçoivent tous un même prix quel que soit le type de produit que fabrique la laiterie où ils livrent et quelle que soit la distance à la laiterie.

 

En Nouvelle-Zélande, où Fonterra contrôle près de 90 % de la collecte, le prix du lait payé au producteur est fonction du prix mondial. Le niveau des livraisons individuelles est lié aux parts détenues dans la coopérative. Les producteurs sont donc responsabilisés par le biais de leur contribution au capital. Les entrées et sorties au capital de Fonterra sont libres mais, en 2007/2008, du fait de la sécheresse, la coopérative a eu des difficultés à racheter les parts nécessaires à hauteur de 700 millions de dollars.

Ainsi, dans ces pays, les conditions de prix sont uniformes par MMO aux États-Unis, par province au Canada, pour tous les membres de la coopérative Fonterra en Nouvelle- Zélande.



   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri53.fr
DERNIERES NEWS

Vidéo de la semaine

Déclaration Pac 2017
14°
Dimanche
23/04/2017
LAVAL
Météo
Plus de détails sur ma ville
AHUILLE
ALEXAIN
AMPOIGNE
ANDOUILLE
ARGENTON NOTRE DAME
ARGENTRE
ARON
ARQUENAY
ASSE LE BERENGER
ASTILLE
ATHEE
AVERTON
AZE
BAIS
BALLEE
BALLOTS
BANNES
BAZOUGERS
BAZOUGES
BEAULIEU SUR OUDON
BELGEARD
BIERNE
BLANDOUET
BONCHAMP LES LAVAL
BOUCHAMPS LES CRAON
BOUERE
BOUESSAY
BOURGON
BRAINS SUR LES MARCHES
BRECE
BREE
BRETIGNOLLES LE MOULIN
CARELLES
CHAILLAND
CHALONS DU MAINE
CHAMMES
CHAMPEON
CHAMPFREMONT
CHAMPGENETEUX
CHANGE
CHANTRIGNE
CHARCHIGNE
CHATEAU GONTIER
CHATELAIN
CHATILLON SUR COLMONT
CHATRES LA FORET
CHEMAZE
CHEMERE LE ROI
CHEVAIGNE DU MAINE
CIGNE
COLOMBIERS DU PLESSIS
COMMER
CONGRIER
CONTEST
COSMES
COSSE EN CHAMPAGNE
COSSE LE VIVIEN
COUDRAY
COUPTRAIN
COURBEVEILLE
COURCITE
CRAON
CRENNES SUR FRAUBEE
CUILLE
DAON
DENAZE
DESERTINES
DEUX EVAILLES
ENTRAMMES
EPINEUX LE SEGUIN
ERNEE
EVRON
FONTAINE COUVERTE
FORCE
FOUGEROLLES DU PLESSIS
FROMENTIERES
GASTINES
GENNES SUR GLAIZE
GESNES
GESVRES
GORRON
GRAZAY
GREZ EN BOUERE
HAMBERS
HARDANGES
HERCE
HOUSSAY
IZE
JUBLAINS
JUVIGNE
L HUISSERIE
LA BACONNIERE
LA BAROCHE GONDOUIN
LA BAZOGE MONTPINCON
LA BAZOUGE DE CHEMERE
LA BAZOUGE DES ALLEUX
LA BIGOTTIERE
LA BRULATTE
LA CHAPELLE ANTHENAISE
LA CHAPELLE AU RIBOUL
LA CHAPELLE CRAONNAISE
LA CHAPELLE RAINSOUIN
LA CROIXILLE
LA CROPTE
LA DOREE
LA GRAVELLE
LA HAIE TRAVERSAINE
LA PALLU
LA ROE
LA ROUAUDIERE
LA SELLE CRAONNAISE
LAIGNE
LANDIVY
LARCHAMP
LAUBRIERES
LAUNAY VILLIERS
LAVAL
LE BIGNON DU MAINE
LE BOURGNEUF LA FORET
LE BURET
LE HAM
LE HORPS
LE PAS
LE RIBAY
LES CHAPELLES
LESBOIS
LEVARE
LIVRE
LOIGNE SUR MAYENNE
LOIRON
LONGUEFUYE
LOUPFOUGERES
LOUVERNE
LOUVIGNE
MADRE
MAISONCELLES DU MAINE
MARCILLE LA VILLE
MARIGNE PEUTON
MAYENNE
MEE
MELLERAY LA VALLEE
MENIL
MERAL
MESLAY DU MAINE
MEZANGERS
MONTAUDIN
MONTENAY
MONTFLOURS
MONTIGNE LE BRILLANT
MONTJEAN
MONTOURTIER
MONTSURS
MOULAY
NEAU
NEUILLY LE VENDIN
NIAFLES
NIORT LA FONTAINE
NUILLE SUR OUETTE
NUILLE SUR VICOIN
OISSEAU
OLIVET
ORGERES LA ROCHE
ORIGNE
PARIGNE SUR BRAYE
PARNE SUR ROC
PEUTON
PLACE
POMMERIEUX
PONTMAIN
PORT BRILLET
POULAY
PRE EN PAIL
PREAUX
RENAZE
RENNES EN GRENOUILLES
RUILLE FROID FONDS
RUILLE LE GRAVELAIS
SAINT AIGNAN DE COUPTRAIN
SAINT AIGNAN SUR ROE
SAINT AUBIN DU DESERT
SAINT AUBIN FOSSE LOUVAIN
SAINT BAUDELLE
SAINT BERTHEVIN LA TANNIERE
SAINT BRICE
SAINT CALAIS DU DESERT
SAINT CENERE
SAINT CHARLES LA FORET
SAINT CHRISTOPHE DU LUAT
SAINT CYR EN PAIL
SAINT CYR LE GRAVELAIS
SAINT DENIS D ANJOU
SAINT DENIS DE GASTINES
SAINT DENIS DU MAINE
SAINT ELLIER DU MAINE
SAINT ERBLON
SAINT FORT
SAINT FRAIMBAULT DE PRIERES
SAINT GAULT
SAINT GEORGES BUTTAVENT
SAINT GEORGES LE FLECHARD
SAINT GEORGES SUR ERVE
SAINT GERMAIN D ANXURE
SAINT GERMAIN DE COULAMER
SAINT GERMAIN LE FOUILLOUX
SAINT GERMAIN LE GUILLAUME
SAINT HILAIRE DU MAINE
SAINT ISLE
SAINT JEAN SUR ERVE
SAINT JEAN SUR MAYENNE
SAINT JULIEN DU TERROUX
SAINT LAURENT DES MORTIERS
SAINT LOUP DU DORAT
SAINT LOUP DU GAST
SAINT MARS SUR COLMONT
SAINT MARS SUR LA
SAINT MARTIN DE CONNEE
SAINT MARTIN DU LIMET
SAINT MICHEL DE FEINS
SAINT MICHEL DE LA
SAINT OUEN DES TOITS
SAINT OUEN DES VALLONS
SAINT PIERRE DES LANDES
SAINT PIERRE DES NIDS
SAINT PIERRE LA COUR
SAINT PIERRE SUR ERVE
SAINT PIERRE SUR ORTHE
SAINT POIX
SAINT QUENTIN LES ANGES
SAINT SAMSON
SAINT SATURNIN DU LIMET
SAINT SULPICE
SAINT THOMAS DE COURCERIERS
SAINTE GEMMES LE ROBERT
SAINTE MARIE DU BOIS
SAINTE SUZANNE
SAULGES
SENONNES
SIMPLE
SOUCE
THORIGNE EN CHARNIE
THUBOEUF
TRANS
VAIGES
VAUCE
VAUTORTE
VIEUVY
VILLAINES LA JUHEL
VILLEPAIL
VILLIERS CHARLEMAGNE
VIMARCE
VOUTRE
Les unes Agri53
Journal du 20/04/17Journal du 18/04/17Journal du 06/04/17Journal du 30/03/17Journal du 23/03/17Journal du 17/03/17Journal du 09/03/17Journal du 02/03/17Journal du 16/02/17
S'abonner au journal
http://www.sanelevage.fr/

La question de la semaine

Constatez-vous des dégâts d'oiseaux sur vos semis ?

Les choix
Les choix
Répondre à la question de la semaine
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
RSS twitter Youtube
Agri53

Agri53
Parc Technopole, rue Albert Einstein
BP 36135 Changé, 53000 Laval
Téléphone : 02 43 67 38 60